LA THÉORIE DU BIG BANG AU PLACARD ?

Publié le par Galaxien

Le Big Bang au placard, est un documentaire (0h51) qui s'intéresse à ce modèle cosmologique non confirmé et pourtant reconnu par les scientifiques et astrophysiciens, aujourd'hui remis en cause par la nouvelle génération de chercheurs qui pensent que cette théorie pourrait être erronée, suite à de récentes recherches et découvertes, dont celles du télescope Planck.

 

Chez les scientifiques, le Big Bang désigne une époque extrêmement dense et chaude qu'a connue l'Univers il y a un peu plus de 13 milliards et demi d'années. L'existence du Big Bang aurait pu être prédite par Albert Einstein, mais celui-ci ne pensait pas que l'Univers puisse évoluer. Ce sont le belge Georges Lemaître, ainsi que les soviétiques Alexandre Friedmann et Georges Gamow, qui ont été les principaux artisans du scénario général du Big Bang sur lequel s'accordent aujourd'hui une très grande majorité de scientifiques.
Une partie du travail des cosmologistes est de reconstituer le plus précisément possible la chronologie de cette époque dense et chaude qui aujourd'hui encore est mal connue.

Il y a 13,7 milliards d'années, approximativement, que le Big Bang aurait abouti à la création de notre Univers. C'est en tout cas le postulat admis par tous les scientifiques. La cosmologie actuelle a produit une cartographie de l'Univers, étudiée et discutée par les experts et les profanes.
Cependant, une nouvelle génération de scientifiques n'hésite pas à remettre en cause toutes nos croyances sur le Cosmos. Encore leur faut-il présenter des données convaincantes. Ces chercheurs tentent aujourd'hui de savoir s'il existe une réalité plus vaste encore, une réalité qui dépasserait notre Univers. Les théories existantes pourraient-elles alors se révéler erronées ?

Le modèle du Big Bang est fragile. Entretien avec Jean-Marc Bonnet-Bidaud, qui est astrophysicien au Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives au CEA, spécialiste de l'astronomie des hautes énergies et des étoiles en fin de vie. Avec l'historien et philosophe des sciences Thomas Lepeltier, il a co-dirigé la publication de l'ouvrage collectif Un autre cosmos ? paru dans la collection "Philosophie des sciences" de l'éditeur Vuibert.
L'idée centrale du livre est d'inciter les chercheurs à se pencher sur des modèles cosmologiques alternatifs à celui du Big Bang. Celui-ci suppose notamment l'existence d'une matière et d'une énergie dites noires, qui composent à elles seules plus de 95 % du contenu de l'Univers, et dont la nature reste inconnue à ce jour. La matière ordinaire dont sont faits les étoiles, les planètes et ce qui se trouve à leur surface ne compte en effet, selon ce modèle, que pour moins de 5 % du total.

Une étude dans The Astrophysical Journal signale, à partir de l’étude du mouvement de plus de 400 étoiles proches de nous, l'absence curieuse de la matière noire dans l’environnement immédiat du Soleil. Si d'autres travaux le confirment, cela pourrait poser un problème au modèle qui décrit notre Univers et son histoire. De manière plus générale, ce modèle standard de la cosmologie comprend 95 % d'inconnues. Est-ce que cela ne fait pas beaucoup ?
"Cela me paraît vraiment beaucoup pour dire, comme l'affirment certains, que nous avons pratiquement tout résolu et que la cosmologie est devenue désormais une science de précision. Pour le physicien que je suis, ces inconnues fragilisent le modèle que l'on a de l'Univers. C’est la raison pour laquelle nous voulons, par ce livre collectif, essayer d’ouvrir d’autres horizons."

Quels sont les grands problèmes auxquels se heurte selon vous ce modèle cosmologique ? "Enormément de questions se posent et nous avons sélectionné six aspects différents, pour lesquels le débat scientifique devrait être ouvert mais ne l'est pas. Le modèle du Big Bang, qui nous explique comment l'Univers s'est construit et a évolué, est basé sur des hypothèses très strictes et très restrictives.
Nous avons essayé d'avoir une vision plus large en analysant ces hypothèses et en expliquant qu'il pouvait avoir d'autres façons que celle du modèle standard d'aborder ces six grands domaines. Il y a tout d'abord la géométrie du Cosmos et l'outil que l'on utilise pour y mesurer les distances. Un changement même mineur de cette mesure change totalement l’évolution de l’Univers. Le deuxième aspect, c'est la fameuse question de l'expansion de l'Univers : Nous observons un décalage vers le rouge de la lumière d'objets lointains et nous en déduisons que l'Univers se dilate. Mais cette interprétation n'est qu’une des hypothèses possibles et l'on n'a pas forcément besoin d'avoir un Univers en expansion pour obtenir ce décalage vers le rouge de la lumière. C'est important car il s'agit de la base même du modèle du Big Bang. Le troisième point est la formation des éléments légers dans l'Univers, qui a longtemps été présentée comme une preuve absolue du Big Bang. En réalité, pour être cohérent, il faudrait maintenant revenir sur ces calculs pour y intégrer par exemple le rôle possible de la matière noire. Le quatrième aspect est un élément essentiel à l'heure actuelle de la cosmologie moderne, le fameux rayonnement fossile. C'est cette lumière diffuse, observée dans le domaine des micro-ondes, qui baigne tout l'Univers. Après sa découverte en 1965, elle a servi à la renaissance du modèle du Big Bang, qui la considère comme la trace refroidie d'un Univers autrefois dense et chaud. Cette interprétation est certes plausible mais elle reste seulement une hypothèse car aucune mesure physique ne peut actuellement confirmer de façon indiscutable qu’il s’agit du rayonnement du fond de l’Univers et ce rayonnement pourrait aussi bien être produit plus localement par d'autres processus physiques..."
(Source et suite)

Le Big Bang est assimile à tort à une explosion. Le Big Bang ne se serait pas produit quelque part, il se serait produit partout en même temps. En effet, l’espace n’existerait pas en dehors de l’espace-temps de notre Univers observable qui est issu du Big Bang.
Aujourd’hui, nos observations nous permettent de remonter jusqu’à une époque proche du Big Bang. On ne sait pas si celle-ci correspond à un hypothétique instant initial de l’Univers, ou si il existait, dans un état indéterminé avant cette époque...

 

- Voir aussi :

LE BIG BANG - LES CLEFS DE L'UNIVERS

DU BIG BANG AU VIVANT - ASTRONOMIE

BIG BANG - BIG CRUNCH - BIG FREEZE - BIG RIP : Notre galaxie survivra-t-elle ?

L.H.C, AUX ORIGINES DU BIG BANG

LA NAISSANCE DE L'UNIVERS - Superscience

MATIÈRE NOIRE OU SOMBRE DE L'UNIVERS : L'énigme de l'astrophysique

L'EXPANSION DE L'UNIVERS EST-ELLE INFINIE ? - Nuit des étoiles - Arte

ATOME : La clé du cosmos

NOUVELLE THÉORIE DE L'UNIVERS : NASSIM HARAMEIN 

Vidéos Univers - Exploration spatiale

 

LA THÉORIE DU BIG BANG AU PLACARD ?

Commenter cet article