CLIMAT : LE GRAND BLUFF DES MULTINATIONALES

Publié le par Galaxien

Climat : Le grand bluff des multinationales, est un reportage (2h18) de l'émission Cash Investigation d'Élise Lucet, qui a enquêté sur trois grandes industries française et leur politique climatique pour qui l'intérêt financier est beaucoup plus important que celui environnemental. Devant les médias et la COP21, elles promettent d’être vertes, mais en réalité, elles sont championnes de la pollution et en plus gagnent des millions d'euros...

 

Quand Engie, ex-GDF Suez, Total et Lafarge lavent plus vert, ça peut leur rapporter gros et polluer toujours autant. Ces entreprises se présentent comme "écolo-responsables" alors qu’elles émettent des quantités massives de CO2.
Derrière les grandes déclarations de principes, c’est à qui trouvera les meilleurs moyens pour continuer à faire du business sans se soucier de la planète. Et chacun a sa spécialité... !

Le premier volet de l’enquête mène les équipes de Cash Investigation aux antipodes :
Rendez-vous à Morwell, à moins de 200 kilomètres de Melbourne, en Australie. Engie y exploite la centrale à charbon la plus polluante du monde. En février 2014, un incendie s’est déclaré dans la mine à ciel ouvert qui l’alimente. Il a asphyxié toute une région pendant des semaines. Coût pour la collectivité australienne : 18 millions de dollars, tandis que des intérimaires chargés de "liquider" la catastrophe, sans masques, ont été atteints par des maladies de mineurs. Pire, un rapport parlementaire explique que toutes les causes de l’incendie auraient pu, et donc dû, être anticipées.
Engie émet 131 millions de tonnes de CO2 polluantes par an ! Son chiffre d’affaire ? 76 milliards d’euros, grâce notamment au charbon et ses 26 centrales encore en activité. En 2009, 11% de l’électricité vendue par Engie dans le monde provenait du charbon, six ans plus tard, c’est 20% ! Et l’éolien ? Tout juste 2%... Et le solaire ?

Deuxième volet : Lafarge et le principe du "pollueur payé".
Face aux émissions de CO2, une solution a mis tout le monde d’accord, grands industriels compris : Le marché du carbone. Il a été mis en place en Europe il y a une dizaine d’années et pourrait être étendu au monde entier. C’est une sorte de "permis de polluer", car chaque entreprise se voit accorder un quota de CO2, et doit payer pour chaque tonne émise au-delà, selon le principe du "pollueur payeur".
Mais en se faisant octroyer très généreusement leurs quotas "gratuits", grâce à un intense lobbying auprès des pouvoirs publics, les grosses entreprises ont non seulement évité de payer pour leur pollution, mais ont pu revendre leurs surplus sur le marché. On est passé au principe du "pollueur payé".
Le cimentier Lafarge, avec 93 millions de tonnes de CO2 émises par an, est passé maître à ce petit jeu. Entre 2008 et 2014, il aurait engrangé 485 millions d’euros en revendant ses quotas en trop ! Une fortune obtenue grâce à la générosité du système mis en place par l’Union Européenne...

Dernière étape de l’enquête : Les sales sables bitumineux de Total au Canada.
L’or noir qui en sort est le plus sale de la planète. Pour produire un seul baril de brut, il faut deux tonnes de sable, brûler énormément d’énergie et émettre des quantités astronomiques de CO2. Pourtant, Total et ses 44 millions de tonnes de CO2 déversés dans l'atmosphère par an, vient d’investir pas moins de 12 milliards de dollars à Fort McMurray, en Alberta, une région boréale et glacée, pour extraire ce sable gris et poisseux, afin de remplir les réservoirs de nos voitures et autres, ici en Europe...
Le pétrole devrait bientôt voyager depuis les contrées du nord-ouest canadien vers les supertankers de l’Atlantique grâce à un gigantesque oléoduc passant sous le fleuve Saint-Laurent, au Québec, avec un débit de 2.000 litres à la seconde. Sa construction, très largement encouragée par Total, est une menace de plus pour le climat : Selon une étude publiée en 2015, mettre en service ce tuyau équivaudrait aux émissions cumulées de 7 millions de voitures supplémentaires...

Engie, Lafarge et Total, sont trois fleurons industriels français qui, devant les caméras, encensent la COP21 et s’engagent à respecter ses objectifs, alors que, hors champ, ils polluent à tous les étages, tout en gagnant plus d'argent.
Après le documentaire, Elise Lucet reçoit sur le plateau de Cash Investigation Ségolène Royal, ministre de l’Environnement et nouvelle présidente de la COP21, ainsi que Nicolas Hulot.
(francetvinfo)

Quelques mois après la COP21, l’équipe de Cash Investigation s'intéresse aux engagements des entreprises au regard de l'Accord de Paris visant à limiter la hausse de la température du globe en dessous de 2°C, via la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Mis en place par le protocole de Kyoto signé 1997 et entré en vigueur en 2005, ce système a pour but de lutter contre le réchauffement climatique (?)
A cet instant, c’est à tout autre chose qu’il sert. La quantité de quotas est déterminée par l’Union Européenne et ils ne doivent pas être dépassés, et cela concerne majoritairement les industries lourdes. Cependant, celles-ci peuvent en acheter à d’autres qui ne les utiliseraient pas. Aujourd’hui, ce système sert surtout les plus gros et leur permet de polluer davantage tout en gagnant en plus de l’argent dessus !

Après une enquête qui a duré près d'un an, Cash Investigation vous révèle les dessous d’un étrange marché, celui des quotas carbone, un système qui est aujourd’hui totalement dévoyé au profit des plus gros émetteurs de CO2. Vous allez comprendre qu’émettre du CO2 peut être très rentable pour les grands groupes.
En hélicoptère au Canada, en avion en Australie ou en voiture en France, Elise Lucet et l’équipe de Cash Investigation ont fait des dizaines de milliers de kilomètres, émis des tonnes de CO2, mais pour la bonne cause : Vous raconter comment les géants de l’énergie carbonisent la lutte contre le réchauffement climatique...

Derrière les beaux discours, il y a la réalité du business. Elise Lucet et l’équipe de Cash Investigation vous révèlent que l’intérêt financier des grandes entreprises n’est pas de sauver la planète. Bien au contraire !
Et là, l'émission s'intéresse à seulement trois entreprises françaises, alors imaginez le nombre de toutes les autres à travers le monde qui ne sont pas évoquées... Sans compter les autres polluants pour l'environnement comme les pesticides dans l'agriculture, les rejets de l'industrie alimentaire liés à l'élevage intensif d'animaux, les Chemtrails pour l'atmosphère, et j'en passe, tant ils sont nombreux... !


Encore une arnaque de plus, une nouvelle couleuvre qu'on nous fait avaler, parmi toutes celles en tout genre et de tous sujets que l'on ne peut plus compter, tellement il y en a ! Qui paie tout ça ? Vos impôts donnés à Bruxelles, et en partie reversés aux multinationales... Bravo l'UE, nos politico-médiatico-menteurs et désinformateurs... ! A vous de juger.

- Les autres reportages de l'émission : Cliquez sur l'image

 

 

- Voir aussi :

ALERTE À BABYLONE : Biodiversité en danger 

LA FAUSSE PROMESSE D'UNE ÉNERGIE PROPRE

MARKETING VERT : Le grand maquillage

LE RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE : INFO OU INTOX ?

CLIMAT EN CRISE, futur en danger

CLIMAT : Pour quelques degrès de plus sur Terre

CAPITAL TERRE : Quelles solutions pour vivre sans pétrole ?

L'HISTOIRE DE L'ÉNERGIE SOLAIRE

CHEMTRAILS : MAIS POURQUOI PULVÉRISENT-ILS LE MONDE ?

GASLAND : DANGERS DU GAZ DE SCHISTE

LE SABLE, ENQUÊTE SUR UNE DISPARITION PLANÉTAIRE

NAOMIE KLEIN : TOUT PEUT CHANGER - Capitalisme et changement climatique

LE MONDE DE MONSANTO - Alimentation terrestre en danger

LA MORT EST DANS LE PRE - Pesticides et Santé

NOS ENFANTS NOUS ACCUSERONT

BRUS$€LS BUSINESS-LOBBIES !

TAFTA, ACCORD DE LIBRE ECHANGE USA-UE : "BIENVENUE EN ENFER"

COWSPIRACY : Le secret du développement durable

SURVIVRE AU PROGRES - Conséquenses et responsabilités

CONTEXTE PLANÉTAIRE : L'homme et la nature en danger

THRIVE - What on earth will it take ? - "Prospérer sur Terre"

ZEITGEIST : LA TRILOGIE

La COP21 est basée sur un mensonge général   28,17 mn. 

Trop de pollution sur notre Terre   5,41 mn.

Notre climat est-il sous contrôle ?  14,28 mn.

Le changement climatique   4,10 mn. 

Le réchauffement climatique expliqué   7,20 mn.

Le réchauffement de la planète, une escroquerie ?   8,13 mn. 

Climat : On vous ment !  36,29 mn.

Vincent Courtillot : "Il n'y a plus aucun réchauffement"  25,18 mn.

Climat : 15 vérités qui dérangent  1h15 mn.

Changement climatique mondial : Défi ou escroquerie lucrative ?  1,45 mn. 

Vincent Courtillot sur le changement climatique global  38,28 mn.

300 ans de combustibles fossiles  5,38 mn. 

Les dangers du monoxyde de carbone   2,08 mn.

L'impact des particules fines sur la santé et l'environnement  4,18 mn.

Pollution atmosphérique   6,39 mn.

Pollution de l'air : 1 décès sur 8 dans le monde   1,12 mn.

Energie libre : Les injustices commises contre l'humanité    4,32 mn.

À propos des énergies renouvelables   11,18 mn. 

Chemtrails : Le ciel nous empoisonne !   2h33 mn.

La cour de justice européenne interdit des semences naturelles !   2,39 mn.

2017 : Trahison des élus pour l'Huile de schiste ! P. Pascot  1h08

Infos-Environnement   >> Infos-Environnement

 

CLIMAT : LE GRAND BLUFF DES MULTINATIONALES

Publié dans Société - Humanité

Commenter cet article