ASTROLOGIE - Histoire d'un art divinatoire antique

Publié le par Galaxien

Astrologie, est un documentaire (0h50) qui raconte l'histoire, de l'antiquité à nos jours, de cette étude des relations faites entre les affaires terrestres et la position des planètes dont les informations permettraient d'analyser ou de prédire des événements humains, collectifs ou individuels.


Durant l’antiquité, l’astrologie n’était pas jugée farfelue comme on a souvent tendance à la qualifier à notre époque. Tout au contraire, elle était étudiée comme une science à part entière, au point que le mot astronomie était considéré comme synonyme.
L’astrologie fut pratiquée à l’origine par trois grands pays, la Mésopotamie, la Grèce et l'Égypte, mais il ne faut pas perdre de vue que tous les peuples furent depuis toujours fascinés par la voûte céleste. Les druides eurent une culture astrologique qui fut transmise oralement puisque les Celtes préféraient ce mode de mémorisation à la culture de l’écrit.
L’"Anuma Anu Enlil", ancien manuscrit détaillant des observations célestes, compile sept mille présages basés sur l’examen des déplacements astraux. Quant aux horoscopes qui sont parvenus jusqu’à nous, ils datent de la fin du Vème siècle, preuve que le besoin de prévoir l’avenir était déjà une réalité dans ce passé lointain.

Les Grecs furent très actifs à travers de grands esprits tels que Platon, Thalès ou Pythagore par exemple. Après la conquête de la Perse par Alexandre, les relations des Grecs avec les Mésopotamiens se resserrèrent, ce qui permis aux premiers d’accroître leurs connaissances en matière d’astrologie et d’astronomie. Cependant, celui qui transmis le plus efficacement cette science aux Grecs fut un astronome d’origine chaldéenne nommé Bérose, qui fonda une école d’astrologie à Cos.
Les Romains s’intéressèrent eux aussi à l’astrologie lorsqu’ils eurent des contacts avec la Grèce. Bien qu’elle ne fasse pas l’unanimité, elle fut utilisée en politique à plusieurs reprises sous la domination d’Octave ou de Septime Sévère, par exemple.
Son usage s’étendait aussi aux décisions de la vie quotidienne. Nigidius Figulus, sénateur romain, s’intéressa à l’astrologie au point d’écrire des ouvrages sur les légendes des constellations zodiacales tels sa "Sphaera Graeca" ou sa "Sphaera Barbarica". Ses prévisions furent si justes qu’elles firent de lui un astrologue réputé.

Pendant le Moyen-Âge, la tolérance concernant cette science controversée s’amoindrit considérablement avec le christianisme dés 358, où les techniques de prédiction furent assimilées à la magie et considérées comme un crime majeur. Quelques années plus tard, le Concile de Laodicée interdit formellement l’usage de l’astrologie pour tous les membres du Clergé. Au début du Vème siècle, les astrologues, considérés comme des hérétiques, furent contraints de brûler leurs ouvrages sur l’ordre de Théodose et d’Honorius, mais aucune de ces mesures n’empêcha la pratique de l’astrologie comme en témoignent les nombreux écrits qui fleurirent à cette époque.
Plusieurs siècles plus tard, dès le premier millénaire, l’astrologie revient en force grâce aux influences grecques et arabes qui envahissent l’Europe. Le recours à l’astrologie devient de plus en plus généralisé, allant jusqu’à être enseignée dans certaines universités dont l’université du Vatican où fut créée une chaire d’astrologie au début du XVIème siècle.

C’est à partir du XVIIème siècle que l’intérêt pour l’astrologie commence à diminuer en raison des découvertes de plus en plus nombreuses en astronomie.
La science n’est plus perçue de la même manière et la pratique de l’astrologie n’entre plus dans cette nouvelle définition. Elle devient une simple superstition qui ne sera désormais plus étudiée dans les universités comme auparavant. Vers la fin du XVIIème siècle, l’astrologie est de nouveau interdite par l’Eglise qui refuse que soit publié tous les écrits la concernant.
Le XIXème siècle et son romantisme voit le retour de l’astrologie avec la publication d’un certain nombre de traités. Des auteurs connus tel Goethe, furent de grands défenseurs de ces pratiques prédictives.

En France, l’astrologie fut de nouveau pratiquée dans les milieux occultistes au XXème siècle. C’est principalement au Docteur Encausse que l’on doit cette renaissance grâce à son livre "Traité méthodique de science occulte" publié vers la fin du XIXème siècle.
Les horoscopes firent leur apparition dans les journaux vers les années 1930 permettant à un public beaucoup plus large de s’y intéresser.
astrologie-pour-tous


 

- Voir aussi :

ASTRONOMIE, au début de -160.000 à -1500 ans

NOSTRADAMUS PRÉDICTIONS - Dossiers Secrets 

Commenter cet article