EXTRÊMOPHILES ET VIE AILLEURS DANS LE SYSTEME SOLAIRE

Publié le par Galaxien

Une vie ailleurs, est un documentaire scientifique (0h48) de la série L'Empire du Système solaire sur nos connaissances actuelles en matière de vie extraterrestre et de micro-organismes tels que les extrêmophiles, bactéries, et leurs conditions de vie. Épisode N° 5.

 

Jusqu'à la mission Apollo 11, en 1969, les seuls échantillons de matière extraterrestre dont nous disposions étaient les météorites. Parmi celles-ci, les chondrites carbonées contiennent des quantités notables de carbone, dont une partie est constituée de matière organique complexe. L'analyse de ces météorites n'a pas permis de détecter de système vivant extraterrestre, bien que l'analyse en 1996 de l'une des météorites SNC, Shergotty, Nahkla et Chassigny, considérées comme provenant de la planète Mars, suggère qu'elle renferme des traces de la présence d'une vie microscopique martienne.
Si cette interprétation est très contestée, il est en revanche parfaitement établi que les chondrites carbonées contiennent de nombreux composés organiques, incluant des composés d'intérêt biologique ou leurs précurseurs. On a en effet détecté dans la plupart de ces météorites, telles Allende, Murchison, Murray ou Orgueil, des acides aminés et des bases puriques dont les trois biologiques, et certaines bases pyrimidiques, y compris l'uracile.
Les acides aminés sont généralement en mélange racémique et comprennent des composés protéiques et des composés non biologiques. Une étude de John R. Cronin et Sandra Pizzarello publiée en 1997, semble montrer la présence d'un léger excès d'acides aminés L par rapport à leur énantiomère D, d'origine non biologique, dans la météorite carbonée de Murchison.


L'étude de ces matériaux primitifs présente donc un intérêt considérable pour l'exobiologie et reste d'ailleurs tout à fait d'actualité, en parallèle avec l'exploration spatiale. Ce domaine a connu depuis la fin des années 1970 un développement important, à la suite de la découverte en Antarctique de nombreuses météorites et micrométéorites parfaitement conservées. La collecte de ces dernières est devenue systématique et leur étude ouvre de nouvelles voies de recherche sur les origines de la vie.


Afin de chercher de façon pertinente de la vie dans l'Univers, il nous faut d'abord connaître les limites de la vie sur Terre. Il s'avère pour l'instant que les bactéries, exclusivement des procaryotes, peuvent vivre à des températures allant de -12°C pour les psychrophiles à 113°C pour les hyperthermophiles, avec une gamme de température ne dépassant pas 40°C.
En ce qui concerne l'acidité du milieu, cela varie d'un pH proche de 0 pour les acidophiles à un pH proche de 11 pour les basophiles. Ces données ne concernent que certaines familles de bactéries dites extrêmophiles qui peuvent parfois cumuler les exploits en se développant à 85°C sous un pH de 2,5. Une bactérie peut même résister à une irradiation par rayons gamma de 10 000 grays, sachant que 10 grays sont mortels chez l'homme, et 100 grays tuent une bactérie de nos intestins.
D'autres bactéries dites "halophiles" vivent dans des eaux où la concentration de sel est dix fois supérieure à celle de l'eau de mer. Des bactéries "barophiles" prospèrent à 10 000 mètres de profondeur à des pressions équivalentes à 7 atmosphères, soit 69 méga-pascals.


Ces extrêmophiles permettent aux scientifiques d'envisager de façon raisonnable l'existence de formes de vie sur d'autres planètes bénéficiant de conditions moins similaires à celle de la Terre pour leur apparition et leur développement.
Un nombre de preuves croissant, telles que le transfert de microbes à basse température via la météorite de Allen Hills et des modèles théoriques suggère que des objets capables de transporter la vie sont passés d’un corps du Système solaire à l’autre avec une fréquence signifiante. C'est la théorie de la Panspermie. On a découvert des extrêmophiles dans des environnements terrestres avec de hauts niveaux de radiation et des conditions extrêmement froide qui, bien que pas aussi extrême que les conditions sur Mars et d’autres planètes, démontre l’incroyable capacité d’adaptations des microbes, ce qui indique que les zones habitables pourraient être plus étendues qu'on ne l’admettait auparavant.
Mis en ensemble, ces faits augmentent la probabilité que la vie ait été transférée entre la Terre et Mars tôt dans l’histoire du Système solaire et pourrait avoir survécu sur Mars jusqu’à nos jours.


La recherche de traces de vie dans le système solaire, et l'éventualité d'un retour d'échantillons de corps célestes pouvant avoir hébergé une forme de vie, imposent, en accord avec les traités internationaux sur l'espace extra-atmosphérique, une interaction forte de l'exobiologie avec les activités regroupées sous le terme générique de la protection planétaire.

 

- La série en cinq épisodes :

L'EMPIRE DU SYSTÈME SOLAIRE - La série documentaire

 

 

- Voir aussi :

EXOBIOLOGIE : La science recherche la vie extraterrestre

RECHERCHES SUR LA VIE EXTRATERRESTRE

EN QUÊTE DES ORIGINES DE LA VIE DANS L'UNIVERS

PANSPERMIE

Commenter cet article