FABRIQUER LE VIVANT - Biologie de synthèse

Publié le par Galaxien

Fabriquer le vivant, est un documentaire (0h52) sur la nouvelle révolution scientifique nommée biologie de synthèse, qui doit permettre à l'homme de créer la vie à partir de séquences d'ADN synthétiques, mais non sans interrogations ni conséquences pour le vivant.

 

La biologie synthétique peut être définie comme un ensemble d’approches expérimentales qui visent à la conception et à la fabrication de systèmes biologiques n’existant pas dans la nature, ou à la reconstruction de systèmes biologiques présents dans la nature, dans les deux cas pour réaliser de nouvelles fonctions. Ces nouveaux systèmes biologiques sont partiellement ou totalement artificiels.
Le terme de biologie de synthèse a émergé dans la communauté scientifique au début des années 2000. Il désigne un champ scientifique interdisciplinaire, aux contours et aux objets en constante évolution, alliant les techniques de l’ADN recombinant, la chimie, les sciences de l’ingénieur et l’informatique.


Depuis une dizaine d'années, la biologie de synthèse donne vie à de nouveaux organismes créés de toutes pièces. Entre recherche fondamentale et applications concrètes, chercheurs et étudiants ingénieurs nous dévoilent ce nouveau continent de la science né de la convergence des progrès de plusieurs disciplines comme le génie génétique ou l'automatisation des procédures.
La biologie de synthèse permet de reproduire des séquences ADN connues afin de créer des formes de vie nouvelles et artificielles. Dès lors, ses applications sont impressionnantes notamment dans les domaines de la santé et de l'énergie avec l'exemple de la bactérie productrice d'hydrocarbure.


Les spécialistes sont unanimes, la biologie connaît une révolution aussi décisive que la découverte de l'ADN ou le séquençage complet du génome humain. La biologie de synthèse doit permettre à moyen terme à l'homme de se faire démiurge, pour écrire des séquences partielles ou entières d'ADN, et donc créer ainsi artificiellement la vie.
Chaque année, le concours IGEM implique un nombre croissant d'étudiants venus du monde entier pour participer à une compétition de biologie synthétique avec parfois, des propositions étonnantes. Cette révolution suscite également des vocations en dehors même des laboratoires. Dans de simples garages ou des hangars, les "biohackers" profitent des informations et produits disponibles sur internet comme les DNA cassettes ou BioBricks, pour développer des projets en dehors du contrôle des grandes structures du secteur.


L'inquiétude générée par l'accès généralisé à la possibilité de "bricoler" des organismes vivants est bien réelle. Par ailleurs, la biologie synthétique pourrait avoir des impacts négatifs sur le mode de subsistance des paysans africains et asiatiques en modifiant leurs matières premières.
De nombreux acteurs, dont les plus gros laboratoires, investissent en tout cas dans la biologie de synthèse, jusqu'à Bill Gates, qui finance un programme colossal contre la malaria reposant sur elle. C'est cette révolution en marche que ce film souhaite montrer pour la première fois, en partant à la rencontre de ceux qui la portent.


Certains experts se demandent si l'homme va prendre la main sur l'évolution naturelle des espèces et la maîtriser. Si oui, quelles seront les conséquences pour les écosystèmes les plus fragiles, et l'équilibre naturel de toutes les espèces vivantes déjà existantes sur Terre ?
Ceci implique que les les chercheurs doivent s'engager dans une réflexion non seulement scientifique, mais également éthique et responsable.



- Voir aussi :

L’ADN, NOS ANCÊTRES ET NOUS - Génétique et genre humain

QUEL EST LE SECRET DE LA VIE ? : La Fabuleuse Histoire de la Science

GÉNIE GÉNÉTIQUE : Explication

 

Publié dans Science

Commenter cet article