L'OCCUPATION SANS RELÂCHE

Publié le par Galaxien

.
L'occupation sans relâche, est un documentaire historique (0h40) qui relate l'histoire véçue par différents artistes français sous l'occupation allemande durant la Seconde Guerre mondiale en France.   Partie 2 sur 2.
.
.
.
Les années noires de l'Occupation n'empêchèrent pas la richesse et le foisonnement de la vie artistique, perçue comme un moyen d'évasion et parfois de résistance. L'existence des artistes à cette période est traversée par les enjeux déchirants de l'époque.
Elle révèle des parts d'ombre et de lumière et témoigne de l'ambiguïté de ces années troublées.
.
.
Si Guitry fut accusé de collaborer, il n'en fut pas moins dénoncé comme juif.
Arletty, de son côté, connue pour sa liaison avec un officier allemand, parvint par ailleurs à sauver Trauner de la déportation.
Michel Simon, de son côté, porta l'étoile jaune alors qu'il n'était pas juif.
Comment se sont comportés les artistes français en vogue pendant l'occupation ? Ont-ils fait acte d'héroïsme ? Ont-ils au contraire fait des courbettes à l'ennemi ? Voilà des questions qui n'avaient jamais été posées de façon aussi frontale dans un documentaire et celui-ci s'y intéresse.
.
.
Tout au long du documentaire, nous découvrons que ce sont souvent ceux que l'on pensait les plus sympathiques qui ont été les plus conciliants durant ces années noires : Tino Rossi, Fernandel, Maurice Chevalier.
Collaboration artistique et parfois horizontale, à l'instar d'Arletty, éprise d'un officier allemand.
Jean Gabin lui préféra prendre le large, avant de s'engager dans les forces françaises libres.
Et puis il y a aussi l'histoire de l'infortuné Harry Baur, légende du cinéma d'avant-guerre, massacré par les allemands qui le pensaient juif.
Celle de ces acteurs qui prirent le "train de la honte" pour se rendre en Allemagne nazie, sur l'invitation du gouvernement d'Hitler.
Celle de Michel Simon, qui porta l'étoile jaune alors qu'il n'était pas juif.
Celle des tournages difficiles des chefs d'oeuvre absolus de Marcel Carné (Les Visiteurs du Soir et Les Enfants du Paradis), symboles d'un foisonnement artistique rétrospectivement étonnant.
.
.
Le long travail de recherche effectué à le mérite de replacer les oeuvres dans leur contexte et leur complexité historique et de présenter d'incroyables documents vidéos jamais vus.

.
.
- Première partie :
.

.
.
- Voir aussi :
.
.
.

Commenter cet article