L'OVNI DE RENDLESHAM

Publié le par Galaxien

L'incident de Rendlesham, est un documentaire (0h45) de la série Les OVNIs envahissent l'Europe, qui revient sur ce phénomène OVNI de forme triangulaire émettant des lumières observé par des soldats de l'Air Force américaine témoins en Angleterre, puis, sur l'histoire de Mussolini ordonnant la dissimulation de dossiers décrivant l'apparition d'OVNIs à Venise.

 

Au cours des dernières décennies, certaines armées parmi les plus puissantes du monde ont dû faire face à l’intrusion inopinée sur leur territoire d’engins volants non identifiés. Malgré l’hétérogénéité spatiale des manifestations liées au phénomène OVNI, bon nombre d’évènements se démarquent en survenant sur des sites stratégiques qui n’ont évidemment rien d’anodin, ni rien du hasard, surtout lorsqu’il s’agit de bases de stockage d’armes nucléaires tactiques.


L'un des cas les plus spectaculaires concerne les bases aériennes militaires anglo-américaines, la RAF Bentwaters et la RAF Woodbridge à Suffolk en Angleterre, les deux bases étant séparées par la forêt de Rendlesham.
Le témoignage provient directement de l’ancien responsable de la base de Bentwaters à l’époque des évènements, le Colonel Charles I. Halt, dont voici le résumé.


Le 26 décembre 1980, aux alentours de 3h du matin, des soldats en patrouille aperçurent des lumières inhabituelles dans les bois, et demandèrent à leur hiérarchie l’autorisation de se rendre sur place. Les militaires rapportèrent avoir observé dans une clairière un objet à l’aspect métallique, de forme triangulaire, d’une longueur horizontale approximative de deux à trois mètres, et d’une hauteur de deux mètres. L’objet illuminait entièrement la forêt d’une vive lumière blanche, et ils distinguèrent une lumière rouge clignotante à son sommet, ainsi qu’une nuée de lumières bleues au-dessous.
Les militaires s'en approchèrent jusqu'à quelques mètres, l'inspectèrent sans trouver d'ouverture, et remarquèrent différents symboles apposés sur celui-ci. Puis, l'engin s'éloigna vers les bois pour enfin disparaître dans le ciel à une vitesse vertigineuse.


Quelques heures plus tard furent découvertes sur les lieux trois dépressions, des empreintes de 4 cm de profondeur et 18 cm de diamètre, formant un ensemble triangulaire. Par la suite, on détecta également des signatures de radiations type beta/gamma, de l’ordre de 0.1 milliroentgens, aux emplacements des dites dépressions, et une plus faible proportion sur les arbres alentours.


Mais l’affaire ne s’arrête pas là. Dans la nuit du 27-28 décembre, cette fois c’est une intense lumière rouge qui apparut dans les bois. Le chef de la police militaire de la base en informa le Colonel Halt, lequel décida de rejoindre la douzaine de militaires déjà postés en bordure de la forêt. Ils constatèrent que la source lumineuse provenait de la clairière où avait été observé le premier phénomène. Ils atteignirent l'endroit et virent un objet rougeoyant en forme d'ellipse flottant à environ quatre mètres au-dessus du sol, qui se dirigea lentement vers le champ du fermier voisin, au delà de la clôture de fils barbelés.
Les militaires n’eurent pas le temps de s'approcher davantage que l’objet lumineux pulsa, semblant éjecter une flopée de particules, et se sépara en cinq objets distincts qui s'envolèrent immédiatement.


Aussitôt après, trois objets lumineux furent détectés dans le ciel, confirmés ensuite par les radars de la base et de Londres, deux au Nord et un au Sud. Un quatrième engin lumineux apparut au Sud et se dirigea à très grande vitesse vers le groupe de militaires, se figeant à une trentaine de mètres d'eux. L'engin projeta une sorte de rayon laser devant leurs pieds durant quelques instants, puis repartit dans les airs en disparaissant à nouveau. Les trois autres objets dans le ciel continuèrent à évoluer rapidement via des mouvements angulaires affinés, et firent jaillir des lumières rouges, vertes et bleues. Les deux objets au Nord restèrent visibles un peu plus d’une heure, celui au Sud entre deux et trois heures, ce dernier projetant de temps en temps des rayons de lumière vers le sol.


Tout ceci pourrait laisser entrevoir l’apparence d’un début de scénario pour un film de science-fiction, et pourtant ce rapport a été officiellement mis à disposition du grand public par l’armée britannique elle-même en 1983, grâce au ‘Freedom of Information Act’.
La presse, les radios et les chaînes télévisées outre-manche en ont fait quelque temps leurs choux gras, obligeant les debunkers, comme par exemple James McGaha à l’époque, à sortir de leur tanière et de conclure, et ça ne s’invente pas :   
"Les lumières dans les bois ne sont que le résultat de l’éclairage périodique du phare d'Orford Ness à proximité". Et Charles I. Halt de rétorquer : "Le phare était dans notre champ de vision durant tout ce temps, mais il était à 35-45° de différence par rapport aux évènements en question".


Charles I. Halt déclara également que ces manifestations ont a priori un lien avec les stocks d’armements nucléaires présents dans les sous-sols de la partie américaine de la base. Il précisa que les États-Unis n’ont jamais officiellement avoué posséder de telles armes en territoire britannique, mais il apprit de source sûre par sa hiérarchie que c’était bien le cas au sein de bunkers renforcés, extrêmement bien gardés, dans la section US.
D’après lui, les objets lumineux s’intéressaient assidûment à tout ce qui touche à l’arsenal nucléaire...
(Source et suite ovnis-usa.com )



- Voir aussi :

OVNI - UFO : Liste des documentaires

Publié dans U.F.O - O.V.N.I

Commenter cet article

inc 29/06/2015 04:11

Le glyphe de la pyramide avec les trois planètes au-dessus sur l'ovni triangulaire est représenté comme dans Stargate qui signifie la destination de la Terre, étrange ......