LA RÉSURRECTION EST-ELLE POSSIBLE ?

Publié le par Galaxien

La résurrection est-elle possible ?, est un documentaire (0h44) de la série Voyage dans l'espace-temps, qui s'intéresse au retour à la vie d'un corps mort, grâce à la science moderne, nécesssitant toutefois d'avoir préservé non seulement le corps mais aussi l'esprit, sachant que les scientifiques étudient la sauvegarde du contenu de nos cerveaux.

 

La mort physique comprend la séparation du corps avec celle de l'âme. Ce phénomène soulève donc un sérieux problème, car sans corps physique, nous devenons des êtres incomplets. Toutefois, la résurrection c'est plus qu'un cadâvre qui reprend vie, c'est le moment miraculeux ou notre vieux corps est recréé.
La résurrection prend la mort au sérieux, dans son terrible laconisme, soutenant l’ensemble des réponses à la mort, autant celles par lesquelles nous nous rassemblons face à elle pour ne rien perdre de ce que nous aimons, que celles par lesquelles nous nous dépouillons de tout souci de soi. Elle soutient la pluralité des formes de mémoire, depuis la mémoire collective, comme la généalogie des peuples, jusqu’aux narrations les plus individualisées.


Chaque culture produit ainsi sa compréhension de la mort. En effet, nos sociétés ont démocratisé la mort en rationnalisant leur rapport au monde. Les progrès de la médecine ont permis un allongement considérable de la durée de vie des individus, et il en résulte un déplacement des peurs. Ce n’est plus tant la mort qui est crainte, que la longue et lente déchéance.
Nous sommes confrontés à l’image de la dégradation, à la conscience de notre mortalité. Nous avons éloigné les cadavres de nos vies, mais pas les personnes âgées, qui manifestent avec autant de force l’inéluctabilité de notre mort par la dégradation qu’elles présentent.


Ne pourrions-nous pas tout simplement exister comme des esprits dans l'éternité ? S'il est vrai que l'homme est fondamentalement un être spirituel, pourquoi aura-t-il besoin d'un nouveau corps ? Demander pourquoi les humains ont besoin d'un corps physique équivaut à se demander pourquoi les animaux, les insectes et même la végétation, etc., en ont-ils besoin ? La nature humaine exige un corps physique.
Tandis que les méthodes de conservation s'amélioreront jusqu'à ce que l'on découvre un moyen d'inverser l'opération, il faudra développer des techniques pour ramener à la vie ceux qui ont été conservés par des moyens plus primitifs. Il faudra peut-être des siècles pour trouver un moyen d'inverser le procédé actuel combinant neurovitrification et refroidissement. Peut-être même que ce sera impossible.


Au fur et à mesure que la science progresse, elle lève davantage de voiles et de confusion.
Les anciens penseurs matérialistes pensaient qu'en touchant au terme de sa vie terrestre, l'homme ne pouvait pas y opérer un retour, et ils n'ont donc pas pu considérer la question de la résurrection comme ayant un intérêt scientifique.
Le premier changement intervenu à ce sujet dans le domaine scientifique réside dans les travaux du savant français Lavoisier, fondateur de la chimie moderne, qui a mis un terme aux anciennes théories prévalant dans ce domaine, et les a réfutées totalement. Il consacra sa vie à de vastes recherches qui lui permirent de dégager sa fameuse loi selon laquelle la quantité de matière reste stable dans l'Univers, que rien ne se crée, rien ne se perd, et que tout se transforme.
Même si cette loi n'est plus vérifiée depuis la découverte qui démontre la transformation de la matière en énergie, elle reste cependant admise en tant que principe de la permanence de la matière et de l'énergie.


Ceux qui croient en la résurrection par cryonie regardent principalement du côté de la bioingénierie, des nanotechnologies moléculaires ou de la nanomédecine. La résurrection nécessite la réparation des dommages dus au manque d'oxygène, à la toxicité des cryoconservateurs, aux contraintes thermiques, et aux cristaux de glace formés dans les tissus qui n'auront pas pu se vitrifier avec succès. Dans bien des cas, cela impliquera d'importantes régénérations des tissus.
Les scénarios actuels pour y parvenir envisagent généralement l'utilisation d'organismes ou de machines microscopiques qui pourraient restaurer les structures cellulaires, ainsi que la chimie, le tout à l'échelle moléculaire, si possible avant même de réchauffer le corps.
Le transfert d'esprit a également été suggéré comme approche, dans le cas où la technologie qui serait capable de scanner la mémoire d'un cerveau préservé verrait le jour.


Des croyances nouvelles se développent, et la science devient un espoir de salut. De plus en plus de personnes mettent leur foi en la puissance de la médecine et de la science moderne, espérant que la mort sera vaincue. On observe cela par le développement de la cryogénisation réservé il y a quelques années encore au domaine de la science-fiction, ou de l’idée que le clonage pourrait représenter un salut efficace pour l’individu.
Cependant, on constate malgré le développement de l’idée, ou du rêve, que la science et la médecine moderne par les évolutions qu’elles vont connaître dans les années à venir, vont permettre une victoire de l’individu sur la mort. On peut penser pour s’en convaincre, aux recherches en nanotechnologies ou en Intelligence Artificielle. Par ailleurs, si les religions traditionnelles perdent de leur influence, de plus en plus de personnes croient en la réincarnation.


Il a été émis l'idée que si les technologies pour l'analyse et la réparation moléculaire venaient à être développées, il serait alors théoriquement possible de régénérer n'importe quelle partie du corps endommagée. La survie dépendrait alors de la conservation de l'information dans le cerveau, qui doit pouvoir être suffisamment bien conservé pour permettre de restaurer l'identité du patient, ce qui ferait de l'amnésie l'ultime frontière entre la vie et la mort.
La résurrection individuelle, radicalisant une idée qui apparaît aussi dans le livre des Macchabées, répondait à tout cela, plus charnelle que toute immortalité, plus singulière que toute réincarnation des âmes, plus glorieuse que toute réputation. Penser à la résurrection permettait de supposer ou d’imaginer une justice à la fois plus singulière et plus vaste que toute rétribution humaine.


La science a fait des merveilles pour prolonger la vie humaine. Aujourd'hui, on débloque les artères du coeur pour améliorer la circulation sanguine, on anéanti certaines cellules cancèreuses, et on filtre le sang de ses impuretés. On peut même remplacer des jointures qui ont cessé de bien fonctionner.
Toutefois, on a pas encore trouvé un remède contre la mort. Le corps physique ne garanti à personne de vivre au-dela de sa durée normale de 70 ans en moyenne. En tant qu'humains mortels, nous sommes toujours vulnérables à la maladie et la détérioration graduelle. Alors, si on veut vivre éternellement, il nous faudra un nouveau corps, de nouveaux organes, ou pouvoir tout "remettre à neuf"...



- Voir aussi :

FABRIQUER LE VIVANT - Biologie de synthèse

NANOTECHNOLOGIES - LA REVOLUTION INVISIBLE : L'homme amélioré ?

UN HOMME PRESQUE PARFAIT : Nanotechnologie - Génétique

LA RÉVOLUTION DE L'INTELLIGENCE : IA - Visions du futur

LA MÉDECINE DES CENTENAIRES : L'immortalité future ?

LA REINCARNATION - LE CYCLE DE LA VIE

 

Publié dans Science

Commenter cet article