LE PAQUEBOT FRANCE, histoire et fin

Publié le par Galaxien

.
Ce documentaire retrace la vie du prestigieux paquebot France (0h55), grandeur et décadence d'un navire exceptionnel qui restera l'une des plus belles réalisations de l'industrie française de l'après guerre.

 
Le France, rebaptisé Norway en 1979, puis Blue Lady en 2006, était un paquebot transatlantique construit aux chantiers de l'Atlantique à Saint-Nazaire, où il fut mis à l'eau le 11 mai 1960, en présence du président de la république française, le Général De Gaulle.

Son port d'attache était le Havre, d'où il est mis en service en janvier 1962 pour le compte de la Compagnie Générale Transatlantique. Luxueusement meublé, le paquebot a été décoré par plusieurs peintres de l'École de Paris, et notamment par Louis Vuillermoz.

Il a fait des traversées transatlantiques et quelques croisières autour du monde jusqu'en 1974, où il fut désarmé pour des raisons économiques. Vendu à un armateur norvégien en 1979 et rebaptisé Norway, il assura alors, après plusieurs transformations, des croisières en mer des Caraïbes. Revendu à un ferrailleur, il fut rebaptisé Blue Lady en 2006, et la démolition prit fin en 2009 en Inde, sur le chantier d'Alang. Il aura fallu environ deux ans pour démolir le France.

Le France était la vitrine d'un savoir vivre issu des 30 glorieuses, mais également l'objet de combats syndicaux qui n'ont pas été sans conséquences sur le destin du navire.

Commenter cet article

karaibe972 07/05/2016 17:09

Rebonjour. Suite à une petite rectification que j'ai désiré apporté sur résumé du 06/05/2016 concernant certains de mes souvenirs sur certains paquebots de la C.G.T, constatant que cette rectification n'est toujours pas apparu, je me permets de la renotifier; si, entre-temps, la première rectification est diffusée, je prierai tous les lecteurs (éventuels) ne ne pas tenir compte du présent document. Sur la partie du départ (sens MARTINIQUE - FRANCE) des paquebots de l'époque, paquebots qui partaient, soit à 22 heures ou à minuit, ce ne sont pas les lumières des paquebots qui s'éteignaient mais ceux du port ce qui, automatiquement, plongeait le port dans la pénombre et cela mettait plus en relief les navires mais en plus, ils étaient visibles de loin ce qui amenait certaines personnes à les apercevoir de loin; cela avait un certain coté émouvant. Sur ce, mes sincères amitiés à tout le monde. Cordialement.

Galaxien 07/05/2016 18:35

Désolé, j'étais absent, voilà pourquoi le dernier commentaire n'est pas mis en ligne. Du coup, je publie celui-ci pour répondre ;)

karaibe972 06/05/2016 16:49

Autres souvenirs (mis à part celui du FRANCE). Durant ma jeunesse, j'ai eu l'occasion de croiser, en pleine mer, fin 1961, le LIBERTE qui effectuait son dernier voyage vers LE HAVRE; c'était assez émouvant. ANTILLES, sur lequel je me trouvais et le LIBERTE, ont diminué leur vitesse de croisière pour se croiser, se sont rapprochés à distance respectable, sans pour cela s'arréter, se sont salués à coups de cornes. On pouvait apercevoir les voyageurs du LIBERTE nous saluer, il en était de même pour nous. A l'époque, quant on voyageait, c'était autre chose que maintenant, l'ambiance était tout autre, beaucoup plus amicale, les gens sympathisaient très rapidement, on connaissait une grande partie de l'équipage ainsi que leur fonction à bord, équipage qui était tous français et non étranger ce, pour des raisons économiques; il y avait une grande complicité entre nous. Chaque départ, c'était un véritable évènement non pas comme maintenant où les départs se passent presque dans l'anonymat. Je parle en connaissance de cause car j'ai déjà vécu l'expérience dans les deux cas de figure. Un exemple, moi qui suis originaire des Antilles, quand notre paquebot quittait la MARTINIQUE, soit à 22 heures ou à minuit, le paquebot cornait, une 1ère fois 1/2 heure avant le décollage, une seconde fois 1/4 heure avant et une dernière fois, à l'heure du départ ce, afin d'avertir l'imminence du départ et permettre aux derniers visiteurs, accompagnants de débarquer du bateau, à l'époque, cela était autorisé, plus maintenant. 1/4 d'heure après le dernier coup de corne, toutes les lumières du bateau s'éteignaient, le bateau, tout blanc, commençait à se détacher du port très doucement, en marche arrière, accompagné de la très fameuse chanson "adieu foulard, adieu madras", on voyait certaines personnes pleurer, des foulards s'agiter, des gens s'interpeller, etc....le bateau, une fois arrivé dans la rade, faisait un 1/2 tour sur lui même pour se mettre dans le sens du départ, cornait une dernière fois pour dire au revoir à l'ensemble de la MARTINIQUE puis se dirigeait vers le large. Tous ces souvenirs sont dus à cause de mon père qui était haut fonctionnaire d'état à l'époque des colonies françaises. Cela m'a permis de voyager à bord d'autres paquebots tels que le LYAUTEY, l'ANCERVILLE que la Compagnie Navigation Paquet, du Pierre LOTI, du Ferdinand De LESSEPS, du CAMBODGE des Messageries Maritimes, du LUCANIA d'une compagnie maritime italienne dont je ne me souviens plus du nom. Avec ce dernier, nous étions parti de Cannes et nous avions embarqué au large car le bateau était resté en rade. De temps en temps, je fais, avec mon épouse et, quelques fois avec nos enfants et petits enfants, nous effectuons une croisière mais pour moi, cela n'est plus comme avant. Tout fout le camp, dommage. Cordialement.

Galaxien 06/05/2016 17:08

Merci de nous faire partager votre expérience ! :)

Et oui, malheureusement, "tout fout le camp..."

karaibe972 05/05/2016 01:07

J'ai trouvé que c'est un véritable drame que le gouvernement de l'époque ait laissé tombé un si beau, un si prestigieux paquebot, paquebot qui faisait la fierté de la FRANCE. A ce jour, aucun paquebot, fut-il plus gros, plus moderne que le FRANCE, ne peut pas rivaliser avec lui car l'ambiance était tout autre. Tous les paquebots de ce jour ne sont que des boites d'allumettes entassées les unes sur les autres, aucune personnalité, ils se ressemblent tous, sans exception. A l'époque, dès qu'un paquebot pointait son nez au large, il suffisant de peu pour le l'on devine duquel il s'agissait car tous les paquebots de l'époque, sans exception, avaient une forme bien spéciale, identifiable au loin, non pas comme ceux de maintenant, tous coulé dans le même moule. Quand le FRANCE a été débatisé et s'est appelé NORWAY et tranformé en "transport de troupe" (je n'exagère pas) et que certaines personnes continuaient à l'appeler FRANCE, j'ai trouvé cela complètement dépassé car il n'y avait aucun lien avec le véritable FRANCE (je pense que tous ceux qui l'on connu seront du même avis que moi); mis à part certains éléments qui ont été maintenus, plus rien ne respirait le véritable FRANCE. Dans ma jeunesse, malgré que je n'ai pas eut l'honneur, la joie de voyager à bord, j'ai eu l'occasion de le voir, le croiser plusieurs fois, à quai (LE HAVRE - SOUTHAMPTON) et en mer car, originaire des Antilles, pour aller dans mon Isle, je prenais des paquebots de la même compagnie (COLOMBIE - ANTILLES - FLANDRE), voyageant en 1ère classe et c'est à ces occasions que j'ai eut la chance de le voir, soit à quai, soit en pleine mer, lors d'un croisement, nous vers l'ANGLETERRE, lui vers la FRANCE. C'était un navire qui dégageait une très puissance,, rien à voir avec le NORWAY qui était une véritable tortue des mers. Je m'en suis rendu compte lors d'un départ du HAVRE, le même jour (en 1965) à la même heure, nous étions juste derrière lui, décollant au même moment et, à la sortie du port, il nous a largué, en quelque sorte, laissé sur place et, lorsque nous somme arrivés en ANGLETERRE, il était déjà à quai. Nous avons quitté SOUTHAMPTON avant lui, le laissant derrière nous; il était tout illuminé, très beau à voir dans le noir.; Je m'en arrète là car j'ai trop de souvenirs à raconter et je risque de saouler les gens avec mes histoires. Cordialement.

Galaxien 05/05/2016 01:15

Merci Karaibe972 ! :)

J.C 23/05/2010 12:38


Bien triste fin.Le France était superbe,je l'ai vu de près au havre avant qu'il parte et il avait vraiment une prestance difficile à expliquer.Même des gens sur le quai pleuraient...,alors
j'imagine lors du départ comme la vidéo le montre...
Super documentaire mais très nostalgique pour moi qui aurait aimé faire une croisière avant sa destruction,je le regrette. Sinon,J.C c'est Jean-Charles pas jésus christ.!. Bon dimanche


Galilée 22/05/2010 22:14


Bonsoir, je me rappel de l'histoire quand j'étais petit, mes parents ont pris ça pour un drame et un abandon du pays. A part ça j'admire ce superbe bateau, une belle légende maintenant.