LE PHARE D'ALEXANDRIE - HISTOIRE ET FOUILLES

Publié le par Galaxien

Le phare d'Alexandrie, est un documentaire (0h45) sur l’un des plus célèbres monuments de l’Antiquité égyptienne. Une nouvelle mission archéologique se met à sa recherche en explorant les fonds marins, les musées, avec l'aide d'égyptologues et spécialistes.
.

.

Cette septième merveille du monde antique vit le jour sous Ptolémée II, près de la célèbre cité d'Alexandre le Grand, Alexandrie. Monument entouré d'un voile de mystère, il a inspiré de nombreuses légendes. Son aspect exceptionnel pour l'époque lui conféra une aura particulière, peut-être tout simplement car le phare d'Alexandrie était alors le reflet d'un travail architectural phénoménal pour l'époque, avec une sobriété et une élégance éclatante. Considéré comme la plus haute construction du monde durant l'Antiquité, et d'une finesse technologique rare, les scientifiques étaient nombreux à venir l'admirer car le miroir reflétait le foyer lumineux jusqu'à plusieurs kilomètres. Sa particularité tient également du fait que ce fut la seule merveille du monde à avoir une utilisation pratique.
.

.
On situe sa construction vers l'an 297 avant Jésus-Christ. C'est Ptolémée Ier qui en est l'initiateur. Le monument prend plusieurs années à se construire et il ne verra jamais l'œuvre finie. C'est son fils, Ptolémée II qui poursuivra sa construction et verra son achèvement. Représentation ultime de la puissance grecque qui s'était installée dans le pays, le phare fut à l'image de la ville d'Alexandrie, démesuré et impressionnant.
Pendant des siècles, le phare sera le point de repère pour tous les marins d'Egypte. Mais des tremblements de terre éreintent considérablement le monument, notamment au IVe et au XIVe siècle. Il sera complètement détruit au XVe siècle lorsque l'un des derniers souverains mamelouks du pays décida d'y construire à la place une citadelle pour protéger la ville des invasions ottomanes. La petite histoire veut que le Fort Qaitbay, qui est désormais sur l'emplacement du phare, ai été construit en partie avec des blocs du phare récupérés.
.

.
Même si le phare a été détruit bien avant que les historiens s'y intéressent, on a pu retrouver de nombreux documents attestant de son existence et apportant une description assez précise du monument. Sa base carrée serait légèrement pyramidale, sa colonne octogonale, et une tour ronde distale surmontée d'une statue aurait été placée au sommet du phare (son identité porte à réflexion, certains parlent de Zeus, le Dieu des Dieux, d'autres de Poséidon, le dieu des mers). De plus, on peut estimer que le phare comptait trois étages distincts. Le phare d'Alexandrie, comme la ville qui l'accueille, était si admiré à l'époque qu'on a même retrouvé des objets en Afghanistan le représentant. Il a été source de nombreux textes et légendes, dont les historiens ne savent plus discerner le vrai du mystifié.
.

.
En 1995 débute la plus grande campagne de fouilles jamais entreprise en Égypte, au pied du fort de Quaitbay, sur l’emplacement du premier phare du monde. La mission archéologique est menée par Jean-Yves Empereur, directeur du Centre d’études alexandrines. On y découvre de nombreux blocs de pierre et une statue d'Isis. Cette recherche sur le phare à même permis de faire remonter à la surface des colonnes datant de Ramsès II et Séthi Ier.
Dans ce documentaire, une autre équipe se met à rechercher...
.

.
Le phare d'Alexandrie restera longtemps un mystère. Même si de nombreuses hypothèses se succèdent pour discerner ce à quoi il ressemblait à l'époque, il sera difficile d'avoir une représentation exacte de ce qu'il fut.
.

.
- Voir aussi :

LES 7 MERVEILLES DU MONDE ANTIQUE

CLÉOPÂTRE REINE D’ÉGYPTE - DOSSIERS SECRETS

L'HISTOIRE D'ALEXANDRE LE GRAND

LES TRÉSORS DE LA BIBLIOTHÈQUE D'ALEXANDRIE

LES GRANDS PHARAONS D’ÉGYPTE, DE RAMSES II A CLÉOPÂTRE

Publié dans Egypte antique

Commenter cet article

silver 02/09/2011 10:54



Visiblement personne n'a trouvé son emplacement et ses vestiges. Malgré les écrits et gravures le phare reste un mystère entier. Fort intéressant quand même.