MICROBIOTE : Ces bactéries qui nous gouvernent

Publié le par Galaxien

Microbiote : ces bactéries qui nous gouvernent, est un reportage scientifique (0h35) qui expose la découverte d'un nouvel organe, non pas composé de cellules humaines, mais de bactéries, bouleversant ainsi la perception que l'on avait du corps humain et ouvrant la porte à la compréhension de maladies très diverses.

 

Les bactéries ne sont pas que des microbes nocifs, au contraire ! Celles qui peuplent notre tube digestif, le microbiote, ou nommé flore intestinale, sont vitales à notre santé. Essentiel au système immunitaire, le microbiote pourrait être lié à de nombreuses maladies. Elucider son fonctionnement offrirait de nouvelles pistes de traitements.
Aujourd'hui, la fameuse flore intestinale ou flore bactérienne dont on entend souvent parler, a été rebaptisée microbiote, d'après le nom anglo-saxon microbiome. Ainsi, le microbiote correspond à l'importante population bactérienne qu'abrite notre corps et notamment le tube digestif. Selon les estimations, il y aurait de 10 à 100 bactéries pour une cellule, c'est dire si nous en avons.
Il est donc particulièrement important d’être attentif à nos intestins, notre digestion, à ce que nous mangeons et nous ingérons. Maintenir un bon équilibre, c’est aussi faciliter le fonctionnement du corps entier.


En particulier, la majorité des bactéries de notre système digestif se trouve dans le côlon. "Au total, nous avons 1 kg de bactéries dans notre tube digestif, souligne Gérard Corthier, directeur de recherche à l'INRA, Institut National de la Recherche Agronomique, et c'est le côlon qui concentre le plus de bactéries puisqu'on y trouve 100 milliards de bactéries dans un gramme de selles !".
Le microbiote n'est pas inné, on ne naît pas avec. C'est au cours de ces premières années de vie qu'un enfant va constituer sa population bactérienne à partir des bactéries de son environnement, par contact avec le microbiote de la peau des adultes, l'alimentation, etc. A deux ans, chacun de nous a un microbiote "adulte".
Par la suite, ce microbiote change tout au long de sa vie, se renouvelle et se fragilise avec l'âge. Ainsi, chacun d'entre nous a son propre microbiote, sa signature bactérienne en quelque sorte, fruit de son histoire personnelle selon son alimentation, son âge, son sexe, sa corpulence, son mode de vie… Au final, les 2/3 des bactéries intestinales sont propre à chacun de nous, et le dernier tiers est commun.


A quoi servent ces milliards de bactéries qui peuplent notre organisme ? Elles ont quatre grandes fonctions principales : la dégradation de composés d'origine alimentaire, les fibres par exemple, la production de vitamines K, B12, B8…, le développement du tube digestif et surtout la défense immunitaire.
D'après le chercheur, 90 % du système immunitaire est digestif ! Le microbiote joue un rôle de barrière antimicrobienne en empêchant et en prévenant l'implantation de bactéries dangereuses, et surtout, nos bactéries interagissent avec les cellules du système immunitaire pour une réponse efficiente. "Sans microbiote, le système immunitaire est atrophié", insiste le chercheur. D'ailleurs, cette interaction est essentielle pour stimuler les défenses immunitaires. "Un contact dans la petite enfance avec des micro-organismes différents du microbiote pourraient avoir une influence positive sur la maturation du système immunitaire", confirme Gérard Corthier.
Cela va dans le sens de la théorie hygiéniste développée depuis les années 1980 et selon laquelle des conditions hygiéniques très strictes dans l'enfance exposeraient à des maladies à l'âge adulte. Au final, un peu de crasse ne peut pas de faire de mal à votre enfant…


Sensible à notre histoire personnelle, notre microbiote évolue sans cesse et peut se fragiliser. Bien que son fonctionnement reste en partie mystérieux, les chercheurs soupçonnent néanmoins qu'un déséquilibre de ce microbiote pourrait être à l'origine de diverses pathologies : maladies inflammatoires, dont la maladie de Crohn, syndrome du côlon irritable, troubles fonctionnels intestinaux, obésité…
Les antibiotiques déséquilibrent notre microbiote. En effet, il a été montré que le microbiote pouvait favoriser le stockage des graisses chez la souris. Par ailleurs, les personnes obèses présenteraient un ratio plus important Firmicutes/Bacteroidetes, donc une faible proportion des Bacteroidetes, par rapport aux personnes minces, et on soupçonne qu'au cours de l'évolution, le microbiote humain a acquis la capacité à extraire des aliments le plus d'énergie possible. A une certaine époque, cette propriété permettait d'optimiser le peu de nourriture disponible, mais aujourd'hui, elle jouerait contre nous et serait l'un des nombreux facteurs expliquant la forte prévalence actuelle de l'obésité.
Plusieurs facteurs peuvent favoriser ces déséquilibres : prise d'antibiotiques, qui éliminent les bactéries comme leur nom l'indique, "Les principaux responsables" selon Gérard Corthier, alimentation riche en fibres et la coloscopie. Néanmoins, ces seuls facteurs ne suffisent pas à tout expliquer.


L'étude de ce microbiote reste récente, ces bactéries sont donc loin d'avoir dévoilé tous leurs secrets. "Nous sommes loin d'avoir identifié toutes les espèces présentes, avoue le chercheur, mais surtout, on ne sait pas grand-chose de leur mode de fonctionnement".
Pour caractériser l'ensemble de ce "génome-bis" qu'abrite notre corps, deux projets ont vu le jour de part et d'autre de l'Atlantique : en Europe, c'est le projet MetaHIT, pour Metagenomics of the human intestinal tract, coordonné par Dusko Ehrlich, de l'unité génétique microbienne de l'INRA, et aux Etats-Unis, le projet s'intitule Human Microbiome Project.
Mieux connaitre le microbiote permettrait d'accroitre nos connaissances sur les mécanismes à l'oeuvre dans de nombreuses pathologies comme l'obésité, maladies inflammations chroniques, etc. Leur compréhension ouvrirait alors de nouvelles perspectives thérapeutiques.
(doctissimo.fr)



- Voir aussi :

ÉPIGÉNÉTIQUE : Nous sommes ce que nous mangeons

LA MACHINE HUMAINE : Le corps incroyable

SÉRIE DOCUMENTAIRE SCIENTIFIQUE : La Fabuleuse Histoire de la Science

 

Publié dans Science

Commenter cet article