PIRATES - Les grands mythes

Publié le par Galaxien

Pirates, est un documentaire (0h41) qui retrace l'histoire de trois légendes de la piraterie du XVIIe siècle, celles de Barbe Noire et La Vengeance de la Reine Anne, la colonie de Libertalia, et Olivier Levasseur dit La Buse, qui aurait caché son trésor à la Réunion.


 

Entre le XVII et XVIIIè siècle, c'est l'âge d'or de la piraterie, nommé ainsi à cause de deux faits majeurs historiques : La découverte d'une route maritime entre l'Europe et l'Inde, et la découverte de l'Amérique. Ces deux découvertes améliorent considérablement le commerce européen car de nombreux bateaux partent pour l'Inde et l'Amérique et reviennent les cales chargées d'or et de marchandises telles que le tabac, la soie, les épices.
Les pirates profitent de cette opportunité pour piller tous ces navires marchands en les attendant à des endroits stratégiques comme les Caraïbes ou Madagascar, loin de toutes civilisations.

Aussi, l'âge d'or des années 1650 aux années 1730, couvre trois montées séparées de la piraterie : La période des flibustiers vers 1650 à 1680, caractérisée par les marins anglais et français basés en Jamaïque et sur l'île de la Tortue, attaquant les colonies et navires espagnols dans les Caraïbes et l'Ouest de l'océan Pacifique, puis la ronde des pirates des années 1690, associée aux voyages longue distance en provenance des Bermudes et des Amériques pour voler des cibles Arabes et la Compagnie anglaise des Indes orientales dans l'océan Indien et la mer Rouge, et la période de l'après guerre de Succession d'Espagne, définie par Marcus Rediker comme s'étendant de 1716 à 1726, quand des marins Anglo-américains et des corsaires laissé inoccupés par la fin de la guerre se sont enrôlé en masse dans la piraterie aux Caraïbes, sur la côte Est Américaine, la côte Ouest Africaine et l'océan Indien.
.
.
Edward Teach dit "Barbe Noire", né probablement à Bristol vers 1680 et mort le 22 novembre 1718 dans l'île d'Ocracoke, est un pirate anglais qui a opéré dans les Antilles et sur la côte Est des colonies américaines.
En 1716, il rencontre à New Providence le pirate Benjamin Hornigold et rejoint son équipage. Il devient capitaine le 28 novembre 1717 puis ils capturent La Concorde, un navire français en provenance de Nantes et transportant des esclaves, près de la Martinique. Selon le gouverneur de l’île, Edward Teach commandait deux navires pirates britanniques, armés l’un de huit canons, l’autre de douze et embarquant un total de 250 hommes.
La Concorde est un véritable trésor, une frégate de 300 tonnes armée de 40 canons qui avait sillonné les côtes africaines et capturé de nombreux navires britanniques, hollandais et portugais. Barbe Noire lui donne le nom de Queen Anne’s Revenge "La Vengeance de la Reine Anne".
Avisé et calculateur, Teach évite d'utiliser la force, comptant plutôt sur la dissuasion que lui permet sa réputation. Contrairement au cliché moderne du pirate tyrannique, il commande ses vaisseaux de concert avec son équipage et l'on ne trouve pas d'écrits signalant qu'il aurait blessé ou tué des prisonniers.
Après sa mort, sa vie et sa personne ont été romancées et ont inspiré un certain nombre d'œuvres de fiction sur le thème des pirates.

Libertalia est le nom d'une colonie fondée par des pirates sur l'île de Madagascar, qui aurait existé pendant environ vingt-cinq ans à la fin du XVIIe siècle, sans que l'on sache vraiment s'il s'agit d'une légende. L'histoire de cette colonie apparaît pour la première fois dans Histoire générale des plus fameux pirates, du capitaine Charles Johnson, probablement un pseudonyme de Daniel Defoe. La devise de ces hommes, organisés en république, était "Pour Dieu et la liberté".
Fait historique ou création littéraire, la république est toujours située quelque part au nord de Madagascar entre l'île de Nosy Be et la baie des pirates, qui allait devenir Diégo-Suarez.
À ce jour, aucune preuve historique n'atteste qu'un tel endroit ait jamais existé ou même que ses deux fondateurs, le capitaine Misson et le moine Carracioli, aient jamais vécu. En revanche, le troisième protagoniste cité, le capitaine Thomas Tew, est lui, bel et bien mentionné en tant que tel dans les livres de la Marine britannique.

Olivier Levasseur dit "La Buse" est un pirate dont l'histoire et les origines sont encore mal connues. Tout à la fois personnage historique, figure folklorique de la Réunion et héros de fiction, La Buse, ainsi que son supposé trésor, fait partie du patrimoine culturel de l'océan Indien.
Il aurait croisé dans le Golfe de Guinée, en compagnie des pirates Thomas Cocklyn et Howell Davis, et y aurait fait plusieurs prises. Johnson le fait ensuite réapparaitre à Mayotte, où il aurait fait naufrage avec son navire, l'Indian Queen. C'est là que le capitaine pirate Edward England l'aurait pris à son bord, et où, avec le capitaine John Taylor, ils décident de s'associer et d'abandonner England. La Buse et Taylor font ensuite voile vers l'île Bourbon, actuellement la Réunion, qu'ils touchent le 20 avril 1720.
Vers 1729, La Buse monte à bord de "La Méduse" de la Compagnie des Indes. Le capitaine Dhermitte, négrier notoire, le reconnait et le fait prisonnier. Conduit à l’île Bourbon pour y être jugé, il refuse de parler au nouveau gouverneur, Pierre-Benoît Dumas. Le procès est rapide, il est condamné à être pendu et est exécuté le 7 juillet 1730 à Saint-Paul.
À l'issue de son procès, en traversant le pont qui enjambe la Ravine à Malheur, il aurait lâché à ses gardiens : "Avec ce que j'ai caché ici, je pourrais acheter toute l'île", et lorsqu'il était sur l'échafaud la corde au cou, il aurait jeté un cryptogramme dans la foule en s'écriant : "Mon trésor à qui saura comprendre !".

.
Le documentaire commence sur la recherche de l'épave du Vengeance de la Reine Anne, le navire de Barbe noire. Cap ensuite sur Madagascar, dans la baie de Diego Suarez, d'où serait originaire une colonie de flibustiers nommée Libertalia. Enfin, escale sur l'île de la Réunion, aussi appelée île Bourbon dans l'océan Indien où serait caché le trésor du pirate français Olivier Levasseur dit "La Buse".
Les pirates d'aujourd'hui sévissent essentiellement dans les régions d'Asie du Sud et du Sud-Est, le long des côtes de l'Amérique du Sud, du golfe d'Aden, de la mer Rouge, mais aussi celles de la Somalie, dans le golfe de Guinée et dans la mer des Caraïbes. Selon le Bureau maritime international, plus de 4 000 actes de piraterie ont été enregistrés durant les vingt dernières années, et cela progresse.


Publié dans Légendes - Mythes

Commenter cet article

marjolaine 10/05/2012 00:18

excellent doc galaxien domage qu'il soit incomplet

Galaxien 10/05/2012 09:37



Hello Marjolaine.


 


En effet, le documentaire complet fait 52mn, mais a été supprimé. Je l'ai donc remplacé en dernière minute en attendant de le retrouver complet.


Si quelqu'un a un lien, je suis preneur.


 


Bonne journée.



Jack35 12/04/2012 06:45

Merci Galaxien pour ce documentaire sur la piraterie, nous avons toujours nos pirates aujourd'hui dans l'Océan Indien, Mais on ne parle jamais des pirates qui ont été et qui sévissent encore en Mer
de Chine.

Galaxien 12/04/2012 08:54



Bonjour Jack.


C'est vrai que c'est un sujet peu médiatisé, et que beaucoup de gens pensent que la piraterie fait partie des légendes...


Voilà pourquoi j'ai ajouté que les pirates sévissent toujours au XXIè siècle.


Mes amitiés.