UN MÈTRE POUR MESURER LE MONDE

Publié le par Galaxien

Un mètre pour mesurer le monde, est un documentaire (0h51) qui retrace l'histoire du système métrique né à la suite d'une mission de mesure de l'arc méridien terrestre entre Dunkerque et Barcelone, par les astronomes français Delambre et Méchain, durant la Révolution française. 

 

L'histoire du mètre et du système métrique actuellement utilisés dans tous les échanges scientifiques internationaux, de même que l'histoire de la détermination de la masse de la Terre, constitue en quelque sorte une histoire dans l'histoire générale de la géodésie et de la détermination de la figure de la Terre.
L'introduction du mètre et du système métrique fut assurément la conséquence des difficultés que connurent les géodésiens du XVIIIème siècle à disposer en chaque lieu d'un étalon de longueur suffisamment précis et fiable, et facilement reproductible en principe.
Le mètre et le système métrique décimal sont, avec la Déclaration des droits de l'homme, sans doute les choses les plus importantes léguées par la Révolution française à la postérité.


Jusqu'au XVIIIème siècle, il n'existait aucun système de mesure unifié. Malgré les tentatives de Charlemagne et de nombreux rois après lui visant à réduire le nombre de mesures existantes, la France comptait parmi les pays les plus inventifs et les plus chaotiques dans ce domaine.
Avant 1795, il existait en France plus de sept cents unités de mesure différentes. Nombre d'entre-elles étaient empruntées à la morphologie humaine. Les noms en conservaient fréquemment le souvenir comme le doigt, la palme, le pied, la coudée, le pas, la brasse, ou encore la toise, dont le nom désigne l'étendue des bras. Ces unités de mesures n'étaient pas fixes, elles variaient d'une ville à l'autre, d'une corporation à l'autre, mais aussi selon la nature de l'objet mesuré. Ainsi, par exemple, la superficie des planchers s'exprimait en pieds carrés et celle des tapis en aunes carrées.


Source d'erreurs et de fraudes lors des transactions commerciales, cette situation portait aussi préjudice au développement des sciences. A mesure que l'industrie et le commerce prenaient de l'ampleur, la nécessité d'une harmonisation, telle qu'une mesure universelle, se faisait de plus en plus pressante.
Politiques et scientifiques vont tenter de réformer cet état de fait. Leur idée est d'assurer l'invariabilité des mesures en les rapportant à un étalon emprunté à un phénomène naturel, un étalon universel qui, ainsi que Condorcet le rêvait déjà en 1775, ne serait fondé sur aucune vanité nationale, permettant l'adhésion de toutes les nations étrangères.


L'Assemblée Constituante nomma en 1790, sur proposition de Charles-Maurice Talleyrand, une commission composée du Chevalier Jean-Charles Borda, l'inventeur du pendule et du cercle répétiteur qui portent son nom, du comte Joseph-Louis de Lagrange, du marquis Pierre-Simon de Laplace, de Gaspard Monge et de Marie-Jean-Antoine Caritat, marquis de Condorcet. Celle-ci présentait un rapport le 19 mars 1791 dans lequel elle proposait un choix pour unifier les mesures de longueur. L'unité serait, soit un pendule battant la seconde à la latitude de 45° au niveau de la mer, soit la longueur du quart du cercle de l'équateur, soit la dix millionième partie du quart du méridien terrestre.
Le 26 mars 1791, la Constituante adopta ce rapport et le roi Louis XVI chargea l'Académie de la nomination des commissaires pour sa mise en œuvre. L'astronome Cassini IV, le mathématicien Legendre et l'astronome Méchain étaient chargés de mesurer la méridienne. Les deux premiers ne tardèrent pas à se retirer et furent remplacés par le jeune astronome Jean-Baptiste Delambre.


Avec la loi du 26 mars 1791, on rejeta la proposition de la commission Talleyrand de 1790 d'une mesure de longueur décimale basée sur la pendule battant la seconde. Le mètre fut officiellement défini pour la première fois en 1791 par l'Académie des sciences comme étant la dix millionième partie d'un quart de méridien terrestre.
Le mètre concrétisait l'idée d'une unité qui, dans sa détermination, ne renfermait rien d'arbitraire ni de particulier à la situation d'aucun peuple sur le globe, mais il restait encore à établir la longueur exacte du méridien, ce qui donna lieu à une véritable épopée pour les géodésiens chargés de cette mission, Pierre-François Mechain et Jean-Baptiste Delambre.
A eux seuls, ces deux hommes vont se charger des opérations de triangulation qui lieront leur nom pour la postérité à cette nouvelle mesure du méridien. Ces travaux prirent près de sept ans et les conduisirent de Dunkerque à Barcelone. Grâce à leurs observations, Delambre et Méchain ont aussi prouvé que la Terre n'est pas une sphère parfaite.


L'unité de mesure de base étant déterminée, il suffisait désormais d'établir toutes les autres unités de mesure qui en découlaient dont le mètre carré et le mètre cube, le litre, le gramme...
Le système métrique décimal est alors institué le 7 avril 1795 par la loi relative aux poids et mesures.
Au milieu de l'année 1799, les résultats nécessaires à la réalisation pratique et définitive du mètre étaient disponibles. Il s'agit d'un bouleversement majeur des pratiques humaines. La décimalisation introduisait une véritable révolution dans le calcul des surfaces et des volumes. Tout passage d'une surface multiple à un sous-multiple, et vice versa, s'opère par simple glissement de la virgule décimale de deux rangs, et de trois rangs s'il s'agit de volume.
Aujourd'hui, le système métrique est devenue très précis et indispensable à nos technologies et mesures modernes.



- Voir aussi :

SCIENCE : Liste des documentaires

Publié dans Science

Commenter cet article

Koffee668 27/10/2012 04:28

Pas facile d'exercer un travail dans ces conditions , ils ont eu du courage et on risqué leurs vie pour la science .
Super documentaire qui m'as appris beaucoups de chose . merci Galaxien !

Galaxien 27/10/2012 12:29



Merci également Koffee668