Y A-T-IL UNE VIE APRÈS LA MORT ?

Publié le par Galaxien

Y a-t-il une vie après la mort ?, est un documentaire (0h44) de la série Voyage dans l'espace temps, présenté par Morgan Freeman, qui évoque les réponses scientifiques à cette question que chaque humain se pose à un moment de son existence, grâce aux recherches sur l'âme, la conscience, la science quantique et le cerveau, et les Expériences de Mort Imminente.

 

La vie est représentée par le phénomène biologique qui débute à la naissance et s’achève à la mort. La mort est donc simplement une cessation de vie. Évènement douloureux, la mort physique est considérée comme la pire chose qui puisse arriver à un être humain, et qui n’épargne personne. Aux yeux des hommes, la mort met un terme définitif à une vie, mais marque-t-elle vraiment la fin de l’existence ?
A la mort, le corps humain cesse de fonctionner, mais ce que l’on oublie souvent est qu’un être humain n’est pas qu’un corps, il est aussi doté d’une conscience et d’une âme. Le corps ne représente en fait qu'une enveloppe, un "véhicule"...


Si la mort reste souvent un tabou et qu’elle effraie, elle suscite aussi beaucoup d’interrogations, car on ne sait pas ce qui se passe après. Pour certains, il n’y a rien, et c’est ce qu’affirme par exemple le philosophe Michel Onfray, comme si c’était une vérité indéniable...
La question de l’après mort est abordée par quelques personnalités célèbres de la pensée et figure également dans des écrits non moins célèbres comme le Traité tibétain sur les morts, le Livre des morts égyptien, les allusions très explicites de Platon, ou enfin bon nombre d’écrits théologiques ou ésotériques.
Certains parviendraient à communiquer avec l'âme de défunts, alors que les EMI, pour Expériences de Mort Imminente, laissent entrevoir la destination de l’âme après la décorporation.


Si l’existence se poursuit dans l’au-delà, c’est selon une modalité bien définie et surtout en l’absence de tout corps. La foi catholique évoque le corps de résurrection du Christ, mais l'Église dit que ce corps n’est pas un corps physique et qu’il a surtout une valeur symbolique. Il faut donc chercher, concevoir quelque chose qui n’est pas de l’ordre du corporel, du perceptible, et s’il y a une science qui nous permet d’y voir un peu plus loin, c’est la physique avec ses trois branches, entropique, cosmologique, quantique, sans oublier les neurosciences, mais moins décisives.
L’approche scientifique de l’après mort se trouve démunie faute d’expériences probantes. Il y a certes l'Expérience de Mort Imminente et quelques témoignages de rencontres avec l’au-delà, mais cela ne suffit pas.


Si l’on admet que la pensée est la conséquence de milliards de processus neuronaux, alors, lorsque le cerveau se désagrège avec la mort, la pensée n’a plus de support physique et s’éteint forcément. Des instruments précis de mesure sont utilisés pour statuer sur une mort cérébrale. Lorsque l’encéphalogramme est plat, le cerveau ne fonctionne plus, mais sommes-nous pour autant sûr que la pensée ne s’est pas échappée dans un ailleurs ? La réponse à cette question dépend de la conceptualisation du réel, et la physique nous permet de reconsidérer ces questions déroutantes.
Si l'âme subsiste, c’est une entité qui peut se passer d'un support corporel censé l’abriter, la générer, ou participer à sa genèse.


La physique moderne a placé l’atome puis la particule comme constituant fondamental du réel, et dans le vivant, c’est la molécule. Néanmoins, une autre donnée est le champ et l’information, que l'on peut nommer carte méta-physique. Cette carte, c’est le sort de l’information qui tombe dans un trou noir.
Une controverse scientifique s’est déroulée lors des deux dernières décennies et finalement, la conclusion est que l’information ne peut pas être détruite, et que notre âme-esprit contient une multitude d’informations captées dans l’existence et rassemblées par un processus que l’on ne connaît pas encore. Des neuroscientifiques confondent souvent la mémoire ontologique inscrite, et la mémoire exprimée, autrement dit le souvenir.


Un autre argument permet de concevoir la subsistance de l’âme après la mort, c'est l’hypothèse du monde dédoublé, une sorte de réalité à deux faces qui n’a rien de bien nouveau, puisqu'on la trouve chez Platon avec la dualité sensible intelligible. L’initié à la philosophie sait que cette dualité n’a cessé de traverser les pensées depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours avec des formulations diverses.
Ce qui est nouveau, c’est la possibilité assez récente d'utiliser quelques bases de physique quantique, incluant la science de l’information quantique et la cosmologie entropique. La physique quantique permet de dédoubler la réalité. Ce type de réflexion dépasse de loin la question de la mort car elle concerne aussi la compréhension de la conscience et la pensée.  


Pour nous sur Terre, la vie concerne les mondes du physiquement vivant. Dans l’éventuel monde des défunts, l'âme vit peut-être d'une manière spécifique encore inconnue de nos connaissances.
La science penche en faveur d’une vie après la mort, et il y a d’immenses découvertes à faire, mais le système n’encourage pas les scientifiques à explorer l’inconnu.
L'humain dispose de sa liberté de pensée, alors il peut décider d’en savoir plus sur lui et ces questions, ou bien de passer à côté.



- Voir aussi :

Dr. RAYMOND MOODY : "La Vie après la Vie"

AUX FRONTIÈRES DE LA CONSCIENCE : OBE - NDE

LE POUVOIR DE L'INCONSCIENT : Le cerveau et ses automatismes

QUANTIQUE ET CONSCIENCE : Que sait-on de la réalite ?

LE VIVANT, L'HOMME ET LA MORT

LA PHILOSOPHIE FACE A LA MORT