L’ESPRIT DES PLANTES

Publié le par Galaxien

L'esprit des plantes, est un documentaire (0h52) qui tente de démontrer que l'intelligence des plantes, nommée neurobiologie des plantes, est une réalité insoupçonnée de la nature, d’après les études faites par des scientifiques internationaux.
 

 

Ce film, de Jacques Mitsch, nous invite à porter un autre regard sur le monde végétal. Et si les plantes éprouvaient des sensations ? Et si elles avaient une mémoire ? Les observations plaidant en faveur d'une intelligence végétale ne manquent pas.
Jacques Mitsch est un réalisateur né à Toulon le 2 mai 1956. Il travaille beaucoup avec les chaines Arte, France 3 ou Canal+, qui lui demande de réaliser des documentaires.
Dans celui-ci, un groupe de chercheurs propose une nouvelle approche des végétaux. Venant d'Autriche, d'Allemagne, d'Italie, d'Angleterre, du Japon et d'Afrique du Sud, chacun a exploré un nouveau domaine de recherches qu'ils dénomment la neurobiologie des plantes. Face aux caméras, ils racontent comment leurs expériences et leurs observations peuvent faire évoluer notre perception du monde végétal. Photographies spectaculaires à l'appui, ils en disent plus sur leurs études respectives qui confèrent mémoire, sensations, en un mot, un « esprit », aux plantes.
Avec Francis Hallé, Botaniste; Jean Jacques Labat, spécialiste des plantes carnivores; Wonter Von Labat, Biologiste, ...


Charles Darwin avait été le premier à émettre l'idée dérangeante que les plantes pouvaient avoir une forme d'intelligence. Aujourd'hui, des biologistes réputés du monde entier se penchent sur l'extraordinaire ingéniosité dont font preuve certaines espèces végétales. De là à dire qu'elles sont douées d'intelligence, il n'y a qu'un pas, que certains experts n'hésitent pas à franchir.
De la savane du Limpopo à la canopée amazonienne, et jusque dans le Kent, où des archives nous montrent Darwin méditant sur ses orchidées, le réalisateur ne ménage pas ses efforts pour nous entraîner dans une passionnante entreprise car, comme par exemple le rapporte l'arpenteur de cimes Francis Hallé, si le génome du riz compte deux fois plus de gènes que le génome humain, c'est que le riz est plus évolué que l'homme...


Ainsi, les plantes sont capables de déployer d'incroyables stratégies d'adaptation, de reproduction et de défense, mais aussi elles ressentent, s'endorment, s'éveillent et se souviennent.
On voit les plantes comme des êtres immobiles, pourtant, elles sont dotées de motricité. La sensitive replie ses feuilles dès qu'on les effleure. Le Desmodium gerans réagit aux stimulations sonores, et se met à "danser" pour peu qu'on lui offre un peu de musique, il est même capable de faire des progrès car plus les stimulations sont régulières, plus ses mouvements sont marqués. Or, l'entraînement implique une capacité de mémorisation...


En Afrique, des antilopes meurent mystérieusement empoisonnées, par centaines. On a pu montrer que le coupable était l'acacia, qui se met à produire dans ses feuilles des tannins toxiques dès que l'arbre estime que son feuillage est un peu trop consommé par les antilopes. Mieux, il émet alors un gaz, l'éthylène, qui agit comme un signal d'alarme pour les acacias environnants qui se mettent, eux aussi, à produire des tannins. Une stratégie de défense ingénieuse..., et une forme de communication entre arbres de la même espèce.
Les autres exemples de stratégie ne manquent pas. Les plantes carnivores et leurs pièges redoutables, ou encore l'utilisation des insectes pollinisateurs pour la reproduction sont les plus connus et les plus évidents.


Les plantes et les animaux ne sont pas si éloignés que cela d'un point de vue génétique et bio-cellulaire, comme pour le riz qui a davantage de gènes que l'homme. Autre fait, la pointe de la racine des plantes comporte une zone dite de transition dont les cellules fonctionnent comme des cellules nerveuses. Elles renferment même deux molécules permettant la contraction musculaire chez les animaux, l'actine et la myosine. Enfin, le petit pois et le haricot savent enrouler leurs vrilles autour d'un support afin de s'y accrocher, alors que ce phénomène, si simple en apparence, implique une capacité d'analyse des paramètres extérieurs, d'adaptation à l'environnement, et même encore de mémoire.

 

- Voir aussi :

L'HOMME QUI PARLE AVEC LES PLANTES

LA FORCE CACHÉE DES PLANTES : Championnes de la communication

LA FORCE CACHÉE DES PLANTES : Comme des bêtes !

Publié dans Science