134 articles avec histoire - civilisations anciennes

LA GRANDE EXTINCTION DU PERMIEN-TRIAS

Publié le par Galaxien

.
La grande extinction du Permien, est un documentaire scientifique (0h48) qui tente de comprendre ce qui a créé la plus catastrophique extinction de masse que la Terre a subi, et dont les causes exactes restent à déterminer.

 
L'extinction Permien-Trias ou extinction permienne est une extinction massive survenue il y a environ 252 millions d'années. Elle délimite l'ère géologique du Permien et celle du Trias, donc la limite entre le Paléozoïque, l'ère primaire, et le Mésozoïque, l'ère secondaire.
Cette extinction est marquée par la disparition de 95 % des espèces marines et de 70 % des espèces vivant sur les continents, ce qui en fait la plus grande extinction ayant affecté la biosphère. Cet événement a été décrit par l'auteur D. H. Erwin comme "la mère de toutes les extinctions de masse."

Les étapes de l'extinction sont encore contestées, mais il existe plusieurs mécanismes proposés pour expliquer l'extinction :
Les évolutions graduelles seraient des changements progressifs du niveau de la mer, l'anoxie, l'accroissement de l'aridité et une modification dans la circulation océanique due à un changement climatique.
L'événement catastrophique pourrait être un ou plusieurs impacts de météorites, l'augmentation du volcanisme, notamment celle dont les trapps de Sibérie sont la trace.
En janvier 2011, des géologues de l'Université de Calgary publient un article dans la revue Nature Geoscience, en appuyant l'hypothèse de l'éruption d'un supervolcan en Sibérie.
.
La tectonique des plaques serait également en relation avec la survenue d'un phénomène géologique principal. En reconstruisant l'histoire du mouvement des continents, le Permien a été le théâtre d'un événement unique : La réunion de tous les continents en un seul super-continent, la Pangée, avec un unique océan, la Panthalassa. Ce rapprochement fait disparaître les plateaux continentaux, abritant un grand nombre d'espèces.
Une théorie complémentaire concerne la variation du niveau de la chimiocline, qui permet la libération dans l'atmosphère d'une grande quantité de sulfure d'hydrogène, toxique pour la plupart des organismes. Les biomarqueurs des sédiments montrent que les bactéries consommatrices de sulfure d'hydrogène ont proliféré dans tous les océans de la fin du Permien.

Ce fut l’extinction la plus spectaculaire de l’histoire de notre planète. Pour beaucoup de scientifiques, c’est le principe même de la vie sur Terre qui a failli être remis en cause.

 
.
- Voir aussi :
.
.
.
.