EXISTE-T-IL UN SIXIÈME SENS ?

Publié le par Galaxien

Existe-t-il un sixième sens ?, est un documentaire (0h43) de la série Voyage dans l'espace-temps, qui s'intéresse aux limites de nos perceptions sensorielles, pour lesquelles des scientifiques explorent les profondeurs cachées de notre cerveau en quête d'une conscience globale.

 

La perception sensorielle regroupe l'ensemble des informations immédiates délivrées par les cinq sens dont le goût, la vue, l'odorat, le toucher et l'ouïe. C'est une réaction à une stimulation externe qui se traduit par une réaction chimique et neurologique au niveau des organes concernés par les sens.
Nous serions donc dotés de cinq sens, mais notre corps en comporte pourtant trois supplémentaires : l'équilibre, la proprioception et le sens du temps. Curieusement, le discours populaire n'en tient jamais compte. Ne serait-il pas temps d'évoquer ces sens quand nous parlons de nos facultés de perception ?


Le sixième sens, le sens de l'équilibre, est pourtant bien connu et n'a rien d'ésotérique. Celui-ci nous informe à tout moment de notre rapport à l'espace. Logés dans notre oreille interne, les canaux semi-circulaires sont intégrés au sens de l'ouïe, mais les signaux qu'ils captent sont interprétés par le cerveau en comparaison avec la perception visuelle. L'œil et les canaux semi-circulaires informent le cerveau sur la position de la tête dans l'espace et à quelle vitesse notre corps se déplace, accélère, ralentit.
Lorsque ces deux sens envoient au cerveau des informations interprétées comme contradictoires, nous ressentons la désagréable sensation d'étourdissement jusqu'à la nausée et le vertige.


Le septième sens, la proprioception, est bien connu des danseurs car il fonctionne en étroite collaboration avec les sens du toucher et de l'équilibre. Il s'agit de l'information que les muscles envoient au cerveau quant à la variation de force nécessaire pour les activer en fonction de l'attraction terrestre. Il est aussi basé sur les réflexes.
En conjonction avec le toucher, il nous informe de la position de chacun de nos membres par rapport au reste du corps. C'est le sens qui nous permet par exemple de nous savonner efficacement dans la douche même plongé dans l'obscurité, ou encore de positionner correctement notre main pour porter les aliments à la bouche avec les yeux fermés.


Le huitième sens, le sens du temps, est plus complexe puisqu'il fait appel à deux notions, la durée et le rythme. Le cerveau, bouclant les informations dont il dispose, parvient à détecter l'écoulement du temps par mémoires comparées. Bien qu'il fournisse une perception subjective inégale d'un individu à l'autre, il produit une information constante sur notre position temporelle. Après avoir dormi quelques heures, combien de temps s'est écoulé pour nous ? Anesthésié, le cerveau inconscient ne perçoit plus le temps qui, au réveil, semble s'être écoulé à toute vitesse.
Le cœur est l'horloge du corps, il donne la cadence, il participe à la sensation subjective du temps. Quand le cœur bat rapidement, nous agissons plus vite et percevons le monde comme plus lent, et inversement, tranquille, au repos, le rythme cardiaque lent nous donne l'impression que le temps passe vite.


Les sens s'émoussent avec l'âge, la vue baisse, l'ouïe diminue, l'équilibre devient instable, la perception du temps s'abrège. Nous éprouvons la sensation que le temps s'écoule de plus en plus rapidement alors que les autres constatent l'inverse, nous ralentissons. Peut-on alors considérer le ralentissement du rythme qui vient avec l'âge comme une perte sensorielle ? Et si le temps est un sens comme un autre, la mort, en supprimant tous les sens de l'individu, fait alors disparaître aussi le temps.
Nos sens travaillent toujours en étroite collaboration pour nous renseigner sur notre réalité corporelle. Qu'il y en ait un dont les informations ne concordent pas avec les autres, nous ressentons alors l'inconfort, le doute, l'interrogation.


D'autres capacités universelles parfois appelées Intuition, ou sixième sens, sont désignées sous le terme capacités PSI, ou perceptions extra-sensorielles. Il s’agit de la télépathie, l'échange d’information à distance, de la clairvoyance, nommée aussi vision à distance, ou de la précognition, c'est-à-dire la connaissance d’information sur un événement avant qu'il ne se produise.
Dans notre culture, la télépathie, la clairvoyance et la précognition ne sont pas supposées exister en tant que telles. Aussi, nous avons produit des dispositifs intellectuels destinés à réduire ces capacités psychiques non conventionnelles à ce qu’elle ne sont pas, en des coïncidences, de simples effets de sens, des symptômes de pathologie psychiatrique, etc.


Cependant, chacun de nous en est capable, de manière latente. Des cultures favorisent l’emploi de ces capacités, et d’autres le stérilisent, ce qui est le cas de la nôtre. Aussi, la plupart des individus sont absolument convaincus de ne pas posséder ces capacités, pourtant, nous avons tous le même potentiel.



- Voir aussi :

TRANSMISSIONS DE PENSÉES. La télépathie

LE SIXIEME SENS - Enquêtes Extraordinaires

PREMONITIONS ET POUVOIRS PSY

Publié dans Au-Delà - Para-Psy

Commenter cet article