L'IVRESSE DU POUVOIR - Comportement social

Publié le par Galaxien

L'ivresse du pouvoir, est un documentaire (0h57) de l'émission Specimen, qui s'intéresse au comportement humain face au pouvoir, aux relations avec les autres et aux excès de zèle ou d'influence parfois injustifiés.

 

Le pouvoir est quelque chose d'abstrait et de concret à la fois. Il y a le pouvoir réel du patron et du politicien, et le pouvoir de l'argent ou de la séduction. Une grande partie des citoyens pensent qu'ils n'ont aucun pouvoir et se sentent totalement impuissants.
Le pouvoir a longtemps été conçu comme un bien, sacré ou non, que détenaient les hiérarchies sociales. Il est aujourd'hui pensé comme une relation plutôt de domination, d'influence, d'autorité entre des individus.
Le pouvoir est souvent considéré comme une relation entre des acteurs sociaux, des individus, des groupes sociaux ou classes sociales. Comme le disait Max Weber à la fin, la relation de pouvoir s'observe quand un individu accomplit, ou s'abstient d'accomplir, conformément à la volonté d'un autre individu, une action qu'il n'aurait pas accomplie, ou aurait accomplie, spontanément. Il définit en effet le pouvoir comme "toute chance de faire triompher, au sein d'une relation sociale, sa propre volonté, même contre des résistances, et peu importe sur quoi repose cette chance". J-M Denquin, dit que pour avoir du pouvoir il faut savoir commander, se faire respecter et se faire obéir, mais le critère de pouvoir se trouve dans la tête de celui qui obéit ou parait obéir, lui seul sait ce qu'il aurait fait si aucun ordre ne lui avait été donné.


L'exercice du pouvoir a un impact direct sur notre comportement et peut nous faire perdre la tête. A travers des témoignages, des éclairages scientifiques et une étonnante expérience filmée sur le vif, ce reportage montre comment le pouvoir peut transformer chacun(e) d'entre nous.
Comment le sentiment de puissance nous incite à dépasser les bornes et à empiéter sur le territoire des autres ? A voir les frasques d'hommes politique, de chefs d'entreprise ou de personnalités publique de beaucoup de pays, on se dit que le pouvoir peut vraiment faire perdre la tête et tout sens des réalités à ceux qui l'exercent ou le possèdent.
Quel effet a-t-il sur nous tous, simples mortels ? Une étonnante expérience avec la collaboration d'un chercheur lausannois le montre par un grand jeu de rôle avec une dizaine de participants filmés sur le vif, qui a permis de mesurer concrètement les effets corrupteurs du pouvoir.
Le documentaire s'intéresse également à cet étrange sentiment de puissance qui nous pousse à repousser les frontières morales et à faire intrusion dans l'espace des autres. Un espace personnel que chacun tient à préserver comme le démontrent diverses scènes, parfois cocasses.


En ce qui concerne le pouvoir en lui-même vis à vis des autres, est-il le fruit d'un trait de caractère bien trempé constituant une autorité naturelle et innée sur autrui, ou s'agit-il d'un pouvoir attribué socialement ou professionnellement qui ne constituerait qu'une armure à son détenteur ?
Dans le premier cas, le bénéficiaire d'un pouvoir naturel sur l'autre par autorité naturelle et sans formation préalable peut être considéré comme "un meneur d'hommes" et un chef respecté instinctivement. Dans le second, on pourrait se demander si l'attribution d'une autorité au bénéfice d'une personne qui n'en possède pas forcément la compétence demeure constructive. Lorsque l'on attribue une autorité à une personne qui n'en possède pas l'étoffe, ni le caractère, on peut se retrouver face à un interlocuteur fragile qui ne cessera de se retrancher derrière son rang hiérarchique, en se servant de la loi, du règlement, du protocole voire de son supérieur.
Dans ce dernier cas, on peut constater que ce maillon hiérarchique réagit comme un être sans âme en exerçant son autorité de manière mécanique, froide et déshumanisée. Cette personne a du pouvoir sur un autre individu non pas en vertu de ses qualités personnelles, mais en fonction du poste attribué.


Max Weber appelle charisme les qualités supérieures à la moyenne d'un individu en fonction des exploits ou des idéologies qu'il a prouvé, une forte personnalité qui selon Pareto, autorise l'appartenance à l'élite.
Le vrai pouvoir est, avant tout, une question d'humanité et de respect entre les individus. Que l'on soit autoritaire, influent, décisionnaire etc. ou non, si l'on désire se faire respecter et faire respecter ses pouvoirs, il faut avant tout être crédible et en mesure de respecter son prochain.



- Voir aussi :

L'ESCLAVAGE DU XXIème SIECLE : De la servitude moderne

POUVOIR : Le jeu de l'argent

L'INFUENCE DE L'ARGENT : Le Goût du Fric !

THRIVE - What on earth will it take ? - "Prospérer sur Terre"

GOLDMAN SACHS - La banque qui dirige le monde

Publié dans Société - Humanité

Commenter cet article