MAGIE NOIRE, MAGIE BLANCHE - Vies Parallèles

Publié le par Galaxien

Magie noire, magie blanche, est un documentaire (0h45) de la série Vies Parallèles, qui raconte ces pratiques permettant d'agir sur le monde occulte par le biais de rituels spécifiques et pouvant permettre des pouvoirs surnaturels de sorcellerie, à des fins différents.

 

Au IVè siècle avant notre ère, Saint Augustin d'Hippone distinguait dans la magie une forme plus détestable, la goétie dit sorcellerie, et une forme plus honorable, la théurgie. Depuis la fin du Moyen Âge, vers 1450, les savants posent la distinction entre deux sortes de pratiques, en fonction de leurs buts moraux, la magie noire et la magie blanche. Auparavant, on voyait dans chaque magie du mal et du bien. Les statuts de Narbonne de 1638 exposent la séquence suivante, décroissante en valeur : magiciens, devins, enchanteurs, sorciers.

La magie noire a des effets négatifs du fait même du magicien, de sa personne, et la sorcellerie a des buts consciemment maléfiques et des moyens intentionnellement négatifs comme le diabolisme. Les sorciers passent pour être néfastes à la société, ils empoisonnent, ensorcellent, lancent des imprécations, invoquent des diables ou démons, utilisent des figurines d'envoûtement, nouent l'aiguillette en provoquant l'impuissance sexuelle, etc. En 1317, l'évêque Hugues Géraud de Cahors fut condamné au bûcher car il avait essayé de tuer le pape Jean XXII avec des images de cire.
La magie blanche, elle, concerne une utilisation de la magie à des fins altruistes, ou préventives, avec des moyens presque toujours positifs, bénéfiques. Elle guérit, protège, exorcise, renforce, réconcilie..., et invoque les "esprits bons" ou Dieu, pas les mauvais démons.

La distinction magie noire, magie blanche, recoupe presque la distinction entre magie illicite et magie licite, mais aussi la distinction entre magie diabolique, qui repose sur l'aide de mauvais démons, et magie naturelle reposant sur un agencement adéquat des causes physiques. J. Pic de la Mirandole dit sur cette dernière distinction : "Il y a une double magie. L'une relève tout entière de l'activité et de l'autorité des démons, l'autre n'est rien d'autre que l'achèvement absolu de la philosophie de la nature."
Selon la Bible sataniste, il n'existe pas deux formes de magies, la magie n'est pas manichéenne avec une bonne, et l'autre non. Selon Anton Szandor LaVey, il n'existe qu'une seule magie mais plusieurs manière de s'en servir, ainsi, certains s'en serviront pour punir et d'autres pour guérir. L'Église Catholique ne fait pas de distinction entre différentes magie, elles sont toutes associées aux démons plus ou moins explicitement.
(Wikipédia)

Dans ce documentaire, Yan Beauchamp avait dix ans quand il a commencé à s'intéresser à la magie. Très curieux, il lisait tout ce qu'il pouvait trouver sur les rituels magiques et sur le sujet en général. Yan a alors parlé de cette passion à des amis, puis un groupe de sept enfants s'est alors mis à faire des rituels dans une cabane en bois en forêt.
Les intentions des enfants étaient innocentes au départ. Toutefois, à force de voir l'efficacité des rituels, les enfants devenus alors adolescents, ont fait de la magie noire, dont les résultats ont été plus dramatiques.

Les participants sont : Yan Beauchamp, témoin de magie noire; Alexandra Caron, magicienne et occultiste; Jean Théophage, magicien et occultiste; Rhiannon, grande prêtresse Wicca; Danielle Goyette, auteure du livre "Sorcières et Wiccans"; Patrick Snyder, professeur, études religieuses Université de Sherbrooke; Michelle Parent, psychologue; Régis Olry, responsable du cours "La science face aux phénomènes paranormaux" Université du Québec à Trois-Rivières.


- Voir aussi :

LE SPIRITISME : Existence des esprits

SORCIÈRES DE L'HISTOIRE A NOS JOURS

SATANISME SORCELLERIE ET MAGIE NOIRE

Commenter cet article

Astrid 22/07/2014 12:12

Votre article est très intéressant, mais si je peux me permettre de faire une petite remarque que vous ne pouviez certainement pas savoir, c'est que "Magie" prend un m majuscule lorsqu'il est question d'occulte alors qu'il prend une minuscule lorsqu'il est question de magie de prestidigitation.