NUCLÉAIRE EN ÉTAT D'ALERTE

Publié le par Galaxien

.
Ce documentaire, Nucléaire en Alerte, de Thomas Johnson (1h27), enquête sur la manière dont les États, comme le Japon ou la France, se préparent à gérer une catastrophe nucléaire.
.
.
.
La question du nucléaire se pose aujourd’hui avec autant d’inquiétude qu’hier. Depuis 1986 et la catastrophe de Tchernobyl, les populations de chaque pays se sont rendu compte des risques que pouvaient représenter les centrales nucléaires sur leurs sols. Mais les craintes concernant l’énergie nucléaire ne sont pas nouvelles. Bien que ses 59 réacteurs assurent à la France son indépendance énergétique et répondent à 80% de nos besoins en électricité, personne n’oublie l’ombre de la bombe nucléaire.
.
.
Gérer un accident nucléaire est devenu face au développement de cette énergie dans le monde, une préoccupation majeure de tous les États, en particulier en France, pays le plus nucléarisé de la planète. Depuis Tchernobyl, on sait que le risque zéro n'existe pas, aucun pays n'est à l'abri. Or, le nombre de centrales est croissant et la course au nucléaire, bien engagée.
L’industrie nucléaire est une innovation technologique majeure du XX° siècle. Le nucléaire a été considéré pendant plusieurs décennies comme une source d’énergie propre et synonyme de progrès. Depuis l’accident de Tchernobyl, la vision a changé sur cette énergie : la question de la sécurité des centrales est devenue une préoccupation incontournable.
.
.
Alternant toute une palette de moyens audiovisuels avec commentaires off, interviews de responsables techniques, scientifiques, responsables d’Agence de Sûreté Nucléaire ASN, Agence Internationale de l’Energie Atomique AIEA , préfets, cartes dynamiques, schémas animés, images d’archives, etc., ce film montre, sans sombrer dans une dénonciation radicale du nucléaire par des exemples et démonstrations édifiantes, "les leçons" tirées sur les effets d’un tremblement de terre sur la plus grande centrale nucléaire du monde au Japon, et les risques inhérents à cette industrie.
Pourquoi ne nous dit-on rien ? Quelles seraient les mesures à prendre en cas de nouvelle tragédie ? Comment s'organiseraient-elles, au niveau sanitaire, militaire, technologique, médiatique, économique et politique ? Comment faire face à court et long terme ?
.
.
Tous les éléments de ce documentaire mis bout à bout, donnent une image réaliste de la question nucléaire et montrent à quel point l’humanité s’est engagée dans une voie aux conséquences improbables et dangereuses si aucune instance internationale ne vient gérer ces différents aspects. Ces choix ont des conséquences multiples et ne peuvent se concevoir sans l’accord de tous, tout en restant conscient que le nucléaire ne résoudra pas le problème du réchauffement climatique et ne permettra pas de subvenir à tous les besoins énergétiques de la planète.
.
.
.
- Voir aussi :
.
.
.

Commenter cet article

Cassiopée 18/03/2012 10:42


Le risque économique des activités sensibles. C'est un sujet qui n'existe pas, jamais débattu et encore moins envisager.


 


L'aspect économique de Fukushima a souvent été oublier dans les débats des responsabillités (uniquement par l'aspect des dirigeants) bien que ce soit une question réellement globale des sociétés
ayant acquis l'activité nucléaire.

Pour faire vite, les dirigeants n'ont pas investi (de l'argent) dans une protection contre des désastres naturelles qui pouvaient mettre en danger l'environnement (en général : humains,
économiques, écologiques, climatiques, ect…), avec des protections suffisantes.

Hors lorsqu'on connaît les multiples crises d'ordre économique, on ne se focalise uniquement que sur l'aspect du début d'investissement. Jamais il n'est question du pendant, c'est à dire qu'un
problème d'argent sur des activités d'ordre chimiques, nucléaires ou bioligiques ne sont tout simplement pas mise en avant.

Pourtant un exemple existe, les Etats-Unis suite à l'effondrement de l' Union Soviétique ont entamé des accords et de lourds investissements concernant le maintien et la mise à niveau des
activités russes. C'est à dire qu'un investissement étranger a dû s'impliquer dans un processus de stabilisation d'activités dont les répercussions parfois se calculent en millions d'années.

Il y a eu de nombreux débats, de nombreuses inspections pour vérifier les capacités de protections face à des événements d'ordre naturels (climats, montagnes, cours d'eau, ect…), avec des
rapports et de calculs de niveaux de sécurité.

Pourtant aucune information même minime ne nous informent en cas de crises économiques (d'ordre diverses) concernant les activités, chimiques, nucléaires ou encore biologiques.

Galaxien 18/03/2012 12:28



Bonjour et bienvenue Cassiopée.


C'est en effet un aspect à ne pas négliger, merci.


Bon dimanche.



Atilias 22/03/2011 14:10



Avec l'actualité actuelle au Japon ce docu tombe à pic!  C'est bien de savoir comment fonctionne tous ça et comment les autorités comptent faire en cas de sinistre.