SIDA : LE DOUTE

Publié le par Galaxien

SIDA, Le doute, est un documentaire (0h49) diffusé par Arte sur la polémique qui entoure l'origine de la maladie, en faisant un état des lieux des connaissances, des incertitudes, et des interrogations des plus grands chercheurs face à ce fléau que les populations craignent suite aux dires de certains membres de la médecine et des médias.

 

VIH = SIDA = MORT. C’est sur cette équation que repose la question du SIDA dans l’opinion depuis des décenies. Elle est pourtant loin de rendre compte de la réalité des faits et ils sont de plus en plus nombreux, médecins, chercheurs, journalistes, activistes gays, à appeler à l’ouverture d’un nouveau débat sur les causes de la maladie, au risque de passer pour des négationnistes auprès de leurs pairs et du public.
Comment en sommes-nous arrivés à désigner comme coupable un virus qui n’a jamais été isolé ? Comment d’hypothèse, l’origine virale du SIDA est-elle devenue un dogme en apparence inébranlable dont le culte a englouti des sommes faramineuses sans jamais guérir un seul malade ? Le magazine Nexus s'interroge, dans son article d'avril 2012 nommé "L'imposture scientifique du SIDA".


Pour tout un chacun, il est communément reconnu que la cause du SIDA est un virus, le HIV, qui détruit le système immunitaire des personnes infectées. Or, depuis l'identification du virus, il n`a pas été possible pour la communauté scientifique d'expliquer et de démontrer précisément l'étiologie du virus. Cette question essentielle divise largement les chercheurs toujours en quête d'une explication. De ce fait, scientifiquement parlant, la théorie du virus HIV comme cause du SIDA, n`est alors qu'une hypothèse, soutenue il est vrai par la majorité des chercheurs, mais cela reste néanmoins une hypothèse.
Pour cette raison, certains chercheurs comme le Professeur Luc Montagnier de l`lnstitut Pasteur, ou le Professeur américain Robert Root-Bernstein de l'université du Michigan, ont invoqué l'implication d'autres agents dans la maladie, les cofacteurs, en attribuant qu'un rôle secondaire au virus HIV. Ce n'est également qu'une hypothèse.


Dès 1986, certains chercheurs, et non des moindres, s'insurgaient contre l'affirmation qu'un virus pourrait être la cause de cette nouvelle maladie. Parmi eux, Albert Sabin Prix Nobel de Biologie, Henry Gilbert Prix Nobel de Chimie, Harry Rubin et Peter Duesberg pionniers de la Rétrovirologie, Richard Strohman biochimiste émérite de Harvard, Robert Root-Bernstein Immunologiste, lauréat de cette même année. Pour cette poignée de chercheurs appartenant à l'élite scientifique américaine, I'affirmation faite par le Professeur Robert Gallo en Avril 1984 n'a jamais été prouvée, et de ce fait reste alors une hypothèse. Pour ces chercheurs, toutes les connaissances accumulées au cours de ces dernières années permettent d'affirmer que ce n'est pas une maladie infectieuse, et que son évolution pathologique et épidémiologique le prouve. Leur hypothèse est que le SIDA est une maladie due à plusieurs facteurs liés au mode de vie des personnes atteintes, qui provoquerait un désordre immunitaire irréversible.
Contrairement à ses collègues qui ont timidement fait entendre leur désaccord, le Professeur Peter Duesberg clame publiquement que la recherche sur le SIDA fait fausse route, mais pour lui, c'est le début de la descente aux enfers. Hier reconnu par tous comme un des meilleurs virologistes du monde, il est aujourd'hui ignoré et exclu du débat scientifique.


Cependant, la polémique ne disparaît pas pour autant, bien au contraire, elle ne fait que s'amplifier, et soulève un malaise grandissant au sein de la communauté scientifique, car même les plus éminents chercheurs de la recherche sur le SIDA restent impuissants à enrayer cet affrontement.
Autour du Professeur Peter Duesberg se forme un groupe de scientifiques, et sous l'impulsion du biologiste Charles Thomas Jr, ils créent le groupe "Reappraising Aids". Ensuite, dans une lettre commune, ils réclament la révision de l'hypothèse du SIDA. En vain.
Aussi, n'est-ce pas notre médecine qui est en cause, car en prônant l'utilisation massive des antibiotiques durant ces dernières dizaines d'années, n'a-t-elle pas contribué à détériorer notre santé ? C'est en tous cas l'avis du Professeur Montagnier, qui affirme qu'une telle pratique nous a rendu vulnérables à des virus restés jusque là inoffensifs.
Les sommes colossales investies dans la recherche, la pression exercée par les investisseurs à l'affût de résultats, et la starisation des chercheurs par les médias, ont définitivement changé le visage de la recherche scientifique. La science aurait-elle perdu son âme, et succomber au pouvoir et à l'argent ?


Dans ce documentaire, du réalisateur Djamel Tahi, il ne s'agit pas bien sûr de tenter de démontrer quelle est la théorie qui l'emporte sur l'autre, mais plutôt de faire un état des lieux des connaissances, des doutes, et des interrogations qui persistent après toutes ces années de recherche. Pour cela, il développe les arguments qui questionnent la cause du SIDA, lève le voile sur la controverse qui règne, presque à huis clos, au sein de la communauté scientifique, et à travers les portraits des principaux acteurs qui animent ce débat, le film tente de comprendre pourquoi certains chercheurs n'acceptent pas ce qui est apparemment reconnu par tous.
(sidasante.com)



- Voir aussi :

VOIR LE SIDA AUTREMENT - Dr. Étienne De Harven

LES VENDEURS DE MALADIES : Comment l'industrie pharmaceutique nous manipule

LES MÉDICAMENTEURS : Enquête sur l’influence pharmaceutique


Commenter cet article