MORTS SUR ORDONNANCE

Publié le par Galaxien

Morts sur ordonnance, est un documentaire (0h53) consternant sur la consommation de médicaments psychotropes aux effets secondaires redoutables, voire mortels, qui analyse comment l'industrie pharmaceutique a verrouillé le marché pour vendre toujours plus, en toute connaissance de cause. Ce documentaire est proposé par Marina Carrère d’Encausse, de l'émission Le Monde en face. 

 

A travers le monde, la consommation de psychotropes ne cesse d’augmenter. Anxiolytiques, antidépresseurs, somnifères et autres tranquillisants sauvent des vies, mais de nombreux experts parlent aussi de bombes à retardement, qui seraient à l'origine de vagues de suicides, de troubles de comportement graves, de violence, de délires, d'homicides, et certains seraient plus addictifs que les drogues dures.
Aux Etats-Unis, les procès intentés par les victimes ont coûté des milliards de dollars aux industries pharmaceutiques. Pourtant, ces médicaments restent un best-seller planétaire et, en tant que premier consommateur mondial, la France représente un véritable tiroir-caisse. Ce film montre la dangerosité potentielle de ces molécules et analyse comment l'industrie pharmaceutique a verrouillé le marché, avec un cynisme effrayant.
 
"Mon frère a pris cinq jours de traitement et il s’est pendu. Je reste persuadée aujourd’hui que, s’il n’y avait pas eu cette molécule chimique, il serait toujours parmi nous." Marc avait 48 ans et était papa de deux enfants lorsqu’il a mis fin à ses jours en octobre 2013. Sa sœur, Florence, est formelle à son sujet : "Il n’avait jamais manifesté la moindre idée suicidaire, mais en moins d’une semaine, le médicament l’a rendu fou. Il ne faut pas qu’il soit mort pour rien."

Des témoignages comme celui de Florence sont légion. Aurélie, jeune étudiante brillante, a, elle, attenté à sa vie et s’est retrouvée en hôpital psychiatrique après qu’un médecin lui a prescrit un cocktail de trois médicaments à la suite d’un surmenage. Elle se souvient de l’effet foudroyant dès la première prise, et d’avoir ressenti l’envie de se tuer, de prendre une mitraillette et de tirer sur tout le monde. C’était effrayant de se voir penser tout ça". Corinne, à son tour, raconte comment Jean, son mari, avant de finir par s’immoler dans sa voiture, avait les yeux exorbités, injectés de sang, oubliait ce qu’on lui disait, et n’était plus le même homme.
En France ou ailleurs, les exemples se succèdent et se ressemblent. Pour leur famille, Marc, Aurélie, Jean et les autres sont les victimes d’un traitement censé leur permettre de mieux vivre. Tous étaient sous psychotropes au moment du passage à l’acte.   

Des substances aux effets secondaires sévères. Regroupés en différentes familles, antidépresseurs, anxiolytiques, neuroleptiques, somnifères ou tranquillisants, s’avèreraient indispensables pour soigner les dépressions graves ou modérées. Seulement, dans 50 % des cas, les prescriptions ne seraient pas justifiées. Les médecins en donneraient donc trop facilement à des patients qui souffrent d’un mal-être, ou d'insomnie, tristesse…. Le problème est que s’ils sauvent incontestablement des vies, les psychotropes ont, chez certains, des effets secondaires sévères.

En France, le Pr Philippe Even est l’un des rares spécialistes à tirer la sonnette d’alarme. Il a compulsé des dizaines de documents mettant en garde contre ces substances et explique notamment que chez un grand nombre de personnes, anxiolytiques et somnifères sont plus addictifs que l’héroïne ; c’est pourquoi le traitement ne devrait jamais dépasser quelques semaines. Pour les antidépresseurs qui n’agissent qu’au bout de deux ou trois semaines, meurtre ou suicide peuvent avoir lieu lors des premiers jours de la prise, à l’augmentation des doses ou à l’arrêt du médicament. Des propos corroborés par le Dr David Healy, un psychiatre britannique réputé qui estime qu’au moins une personne sur vingt a ce type de réaction extrême.
De quoi faire froid dans le dos ! Surtout quand on sait que le marché mondial des psychotropes pèse des dizaines de milliards de dollars. Avec des bénéfices qui dépassent ceux de l’industrie pétrolière, les laboratoires pharmaceutiques ne sont pas prêts de faire l’impasse sur les pilules du bonheur.
(Beatriz Loiseau)

Bienvenue dans le monde merveilleux des psychotropes. Pourtant, en France, pays où il s'en consomme le plus, les médecins continuent de prescrire à tour de bras les pilules miracles. Une glaçante séquence tournée en caméra cachée dans le cabinet de six généralistes montre que cinq d'entre-eux les recommandent sans hésiter.
Sans répondre à toutes les interrogations soulevées, l'enquête montre que, face aux accusations, les médecins ont bien du mal à remettre en question leurs pratiques. Elle souligne également les nombreux conflits d'intérêt que nourrit la société américaine de psychiatrie avec les laboratoires pharmaceutiques...

 

- Voir aussi :

LABORATOIRES PHARMACEUTIQUES : UN LOBBY EN PLEINE SANTÉ

MÉDICAMENTS SOUS INFLUENCE DES LOBBIES

LES MÉDICAMENTEURS : Enquête sur l’influence pharmaceutique

LES VENDEURS DE MALADIES : Comment l'industrie pharmaceutique nous manipule

MALADIES IMAGINAIRES : LE NOUVEAU JACKPOT POUR LES LABOS

ABUS SUR ORDONNANCE

CANCER ET LOBBIES, par le Dr. Burzynski

VIDEOS D'INFORMATIONS ET SCANDALES  

 

MORTS SUR ORDONNANCE

Commenter cet article

Sisyphe 24/06/2016 03:02

Cet article néglige un aspect majeur du documentaire: la complicité des médecins dont plusieurs se font acheter par les compagnies pharmaceutiques. Subventionnés par l'industrie, ils nient ou minimisent les effets secondaires des médicaments.

Ehret 20/01/2016 06:55

modification du gaba cérébral à l'heure actuelle, destruction du système nerveux central avec pathologie à vie ou irréversible, médication à vie, jusqu'à mort s'en suive, population la plus pauve et les migrants visée, ologarchie, toujours par les mêmes, j'interpelle les droits de l'homme sur une éthique et une déontologie humaine urgente, but affaiblissement de la population de la base, destruction de l'agir du peuple, destruction de sa création par molécules neurologiques psychiatriques, en accord avec le gouvernement, débat urgent demandé à l'Europe, pour une éthique et une déontologie, cobail humain Stop, pour le managment de l'armée Américaine et de certains groupe tous puissants en France qui veulent détruire les autres à suive....la santé ça sert à vivre ou a tuer il faut choisir