WALL STREET ET L'ASCENSION DE HITLER

Publié le par Galaxien

Wall Street et l'ascension de Hitler, est un documentaire interview (0h42) avec Antony C. Sutton, qui révèle les mensonges, tromperies et duplicités de l’un des faits le plus marquant jamais rapporté de la Seconde Guerre mondiale, celui des banques de Wall Street et des grandes entreprises nord-américaines qui ont soutenu l’ascension de Hitler vers le pouvoir en finançant l’Allemagne nazie et en faisant des affaires avec elle.  Vost.fr

 

Antony Cyril Sutton, né en 1925 et mort en 2002, était économiste, historien et écrivain britannique. Sutton fut chercheur à Stanford au sein de la fondation Hoover de 1968 à 1973. Il enseigna l'économie à l'UCLA. Il étudia à Londres, Göttingen et UCLA, et fut titulaire d'un doctorat en sciences de l'Université de Southampton, en Angleterre.
En 1972, au sein de la Hoover Institution à Stanford, il subit la censure de son directeur de recherche qui tenta d'empêcher la publication de National Suicide - Military Aid To The Soviet Union, dont les faits décrits attaquaient le programme Nixon-Kissinger d'aide aux soviétiques tandis que ceux-ci aidaient les nord-vietnamiens dans leur effort de guerre. Le livre arrivait à la conclusion que les soldats américains étaient en train d'être tués avec l'aide de leur propre technologie.

Pierre de Villemarest, spécialiste des questions mondialistes, écrit que Sutton fut le seul auteur qui ait jamais disséqué les contrats grâce auxquels les totalitarismes nazis et soviétiques ont pu vivre et survivre économiquement. Il est surtout connu pour son livre America's Secret Establishment An Introduction to the Order of Skull & Bones, décrivant la société secrète d'étudiants de l'Université Yale, la Skull and Bones. Il a aussi abordé le thème de la fusion froide.
Concernant la collaboration entre Wall Street et Hitler, Sutton signala que la capacité de production des entreprises I.G Farben et Vereinigte Stahlwerke, qui produisaient 95 % des explosifs d'Allemagne en 1937-38, fut uniquement possible avec les crédits concédés par le Plan Dawes et la technologie des États-Unis. Une coopération entre I.G. Farben et la Standard Oil of New Jersey pour produire de l'essence synthétique à base de charbon a donné à la I.G. Farben le monopole de cette production durant la Seconde Guerre mondiale. La moitié de la production allemande d'essence était entre ses mains et le reste à des compagnies affiliées. Selon Sutton, sans le capital de Wall Street, il n'y aurait eu ni I.G Farben, ni Adolf Hitler, ni Seconde Guerre mondiale...

En mettant au jour un cloaque de mensonges, de tromperies et de duplicités, Antony Sutton révèle l’un des faits les plus marquants et pourtant jamais rapporté de la Seconde Guerre mondiale, c'est-à-dire que des banques de Wall Street et des grandes entreprises nord-américaines ont soutenu l’ascension de Hitler vers le pouvoir en finançant l’Allemagne nazie et en faisant des affaires avec elle.
Suivant minutieusement la piste de ce secret bien gardé, grâce à des documents et des témoignages incontestables, Sutton parvient à la conclusion que la catastrophe de 1939-45 bénéficia surtout à un groupe privilégié d’initiés financiers américains. Il donne le compte-rendu détaillé, preuves à l’appui, du rôle abjecte que jouèrent les Morgan, aujourd'hui banque J.P Morgan, les Rockefeller, les frères Warburg ou les Ford, directement ou à travers leurs entreprises, et tous ceux qui financèrent les préparatifs de la guerre la plus sanglante et la plus destructrice de l’Histoire.

Wall Street et l’ascension de Hitler est le troisième volume d’une trilogie consacrée à l’implication directe des financiers new-yorkais dans la révolution lénino-trotskiste en URSS, l’élection de Franklin D. Roosevelt aux États-Unis et la montée du nazisme en Allemagne.
"La contribution du capitalisme nord-américain aux préparatifs de guerre allemands a été phénoménale et, sans elle, l’Allemagne n’aurait jamais eu la capacité militaire qui conduisit au massacre de millions de personnes innocentes… Non seulement ces banquiers et hommes d’affaires nord-américains avaient conscience de la nature du nazisme, mais il assistèrent le nazisme à chaque fois qu’ils y avaient intérêt en sachant parfaitement que la conséquence probable serait une guerre impliquant l’Europe et les États-Unis", souligne Antony Cyril Sutton sur le financement des nazis et des bolchéviques par Wall Street et les entreprises américaines.

 

- Voir aussi :

PACTES AVEC LE DIABLE - USA ET 3ème REICH

U.S.A ET CONFLITS : Le nerf de la guerre

SECONDE GUERRE MONDIALE - Documentaires et reportages

APOCALYPSE - La 2ème Guerre mondiale

APOCALYPSE HITLER : La Menace, Le Führer, et Le Débat

1929, LE GRAND KRACH BOURSIER

WALL STREET ET L'ASCENSION DE HITLER

Publié dans Interview - Débat

Commenter cet article

Alpha33 12/02/2015 00:56

L'Histoire se répète , c'est connu et reconnu , et ce qui se passe en ce moment avec l’Ukraine (mené par les USA) peut ou va nous mener vers une 3è guerre mondiale...
Nos élites sont devenus fou , il faut réagir avant qu'il soit trop tard!
Quand il y a plus d'argent dans un pays , il fait la guerre , comme ce qui c'est passé pour les 2 dernières guerres mondiales!