LA FAUSSE PROMESSE D'UNE ÉNERGIE PROPRE - Greenwashing

Publié le par Galaxien

La fausse promesse d'une énergie propre, est un documentaire (0h52) de l'émission Thema sur Arte, une enquête menée dans différents pays du monde sur les nouvelles énergies qui n'ont de vertes pour la planète que le nom, plutôt crées par intérêt économique que écologique.

 

Le greenwashing ou l’écoblanchiment, est un procédé de marketing ou de relations publiques utilisé par une organisation telle qu'une entreprise, administration publique, etc., dans le but de se donner une image écologique responsable. La plupart du temps, l'argent est davantage investi en publicité que pour de réelles actions en faveur de l'environnement...
Seize ans après la signature du protocole de Kyoto, les émissions de dioxyde de carbone, le fameux CO2, continuent d’augmenter. Les alternatives aux méthodes de production d'énergie actuelles sont-elles réellement plus écologiques ? Le rendement trop faible de l'éolien et du solaire oblige à se tourner vers d'autres solutions.


D'ici à 2050, les fournisseurs d'électricité devront produire de l'énergie sans émettre de CO2. L'éolien et le solaire font naître des espoirs, mais ils ne couvrent que 1 % de l'approvisionnement en énergie en Europe, alors, l'industrie du biogaz se développe. Seul souci, pour alimenter cette filière, il faut de la biomasse, matière organique, qui, après transformation, produira de l'énergie.
À l'origine, celle-ci devait provenir des déchets agricoles, mais au final, les exploitants préfèrent cultiver du maïs, et utilisent pour cela du fioul. L'essence consommée par les 7.500 centrales de biogaz allemandes génère ainsi 2,5 millions de tonnes de CO2 par an, des données qui n'entrent pas dans le bilan carbone de l'Union européenne.


La céréale sert aussi de base aux biocarburants. En Europe, l'extension de sa production se fait au détriment des parcelles en fourrage ou des tourbières qui constituent d'importantes réserves de CO2. Au Brésil, elle provoque la destruction de pans entiers de la forêt amazonienne, libérant au passage des tonnes de gaz à effets de serre. En Europe toujours, les centrales thermiques sont censées remplacer le charbon par du bois, mais les résultats ne sont guère probants.
Partout, des multinationales régissent le marché de l'énergie. Ce documentaire donne la parole à des syndicalistes paysans, des experts, des commissaires européens et des militants écologistes pour mieux décrypter certaines collusions d'intérêts entre politiques et industriels.


Dans les années à venir, en Europe, l'électricité devrait être rigoureusement "propre", sa production ne générerant plus de gaz à effet de serre, c'est du moins l'objectif fixé par les institutions européennes, qui veulent faire figure de modèle dans la lutte contre le réchauffement climatique.
En matière d'énergie renouvelable, Bruxelles mise surtout sur le biogaz. Or, comme cité plus haut, pour faire fonctionner cette industrie, il faut du maïs, du colza, du bois, et beaucoup, beaucoup de fioul. Par ailleurs, pour augmenter les surfaces agricoles, il faut raser des forêts qui captent pourtant les rejets de CO2, voire les brûler, et donc en décupler les émissions.


Toutes ces émissions collatérales de dioxyde de carbone ne seraient donc pas comptabilisées par Bruxelles. A en croire une étude citée dans le film, les agrocombustibles sont bien plus nuisibles à l'environnement que le charbon et le pétrole réunis. La biomasse, le biocarburant, le charbon propre, ces énergies n'ont de "vertes" que le nom, martèle ce documentaire.
La raison de leur développement n'est pas climatique, mais économique, c'est une supercherie et une désinformation donnée aux populations concernant les effets sur le climat et les énergies dites propres.



- Voir aussi :

MARKETING VERT : Le grand maquillage - Cash Investigation

CAPITAL TERRE : Quelles solutions pour vivre sans pétrole ?

LE RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE : INFO OU INTOX ?

CLIMAT : Pour quelques degrès de plus sur Terre

DÉBAT SUR LE CLIMAT : Ce qui nous attend vraiment

CONTEXTE PLANÉTAIRE : L'homme et la nature en danger

Commenter cet article

Youki 27/05/2013 18:22

Bonjour,

Bon documentaire. Les conséquences de l'augmentation do co2 dans l'atmosphère pourraient n'être que le ''moins pire'' des défis des décennies qui viennent. J'espère me tromper, mais les pénuries
alimentaires et les famines pourraient arriver dès épuisement des énergies fossiles. Nous sommes les ''enfants du pétrole'' et la population mondiale pourrait suivre brutalement la courbe
descendante de production de ces énergies.Quelques chiffres au hasard : Sur 1485 km2, Mexico compte aujourd'hui autant d'habitants, 24 millions, que toute la France (550000 km2) au XVIIIème
siècle.