ISS : La Station Spatiale Internationale

Publié le par Galaxien

ISS : La Station Spatiale Internationale, est un documentaire de la série Superstructure (0h49) qui retrace l'histoire de cet habitat placé en orbite terrestre basse, occupé en permanence par un équipage international qui se consacre à la recherche scientifique dans l'environnement spatial.

 
.
Ce programme fut lancé et piloté par la NASA, et développé conjointement avec l'agence spatiale fédérale russe FKA, avec la participation des agences spatiales européenne, japonaise et canadienne.
Sa construction, entamée en 1998, devrait s'achever en 2011. La station spatiale est occupée en permanence depuis 2000. La fin de sa construction devrait coïncider avec la fin de l'utilisation de la navette spatiale par la NASA, au profit d'un nouveau type de véhicule orbital.
.
.
La station spatiale internationale est, en 2010, le plus grand des objets artificiels placés en orbite terrestre. À son achèvement, prévu pour 2011, elle s'étendra sur 110 m de largeur, 74 m de longueur et 30 m de hauteur, et aura une masse d'environ 400 tonnes.
La station comportera à cette date une quinzaine de modules pressurisés, dont quatre dédiés aux expériences scientifiques, représentant un volume d'espace pressurisé d'environ 900 m³ dont 400 m³ habitable. Les panneaux solaires, d'une superficie de 2 500 m2, fournissent 110 kW d'électricité.
.
.
L' I.S.S. se déplace en orbite autour de la Terre à une altitude d'environ 350 kilomètres et à une vitesse de 27 700 km/h, en faisant le tour de notre planète 15 fois par jour. Depuis novembre 2009, la station a un équipage permanent de 6 personnes. Chaque astronaute, au cours de son séjour, d'une durée de 3 à 6 mois, partage son temps de travail entre les opérations d'assemblage, de maintenance, et les tâches scientifiques.
.
.
Plusieurs vaisseaux spatiaux se relaient pour placer en orbite les composants de la station, réaliser le transfert des équipages, assurer le ravitaillement et rehausser l'orbite régulièrement dégradée par la traînée atmosphérique. Les cargos Progress russes, ATV européens et le HTV japonais assurent le ravitaillement, tandis que le vaisseau russe Soyouz prend en charge la relève des équipages.
.
.
La navette spatiale américaine jouait un rôle majeur par sa capacité d'emporter et son retrait, prévu pour des raisons d'obsolescence et de sécurité, crée un problème logistique depuis 2010, en l'absence de vaisseaux capables de la remplacer complètement.
.
.
.
- Voir aussi :
.
 
 
 
 

Commenter cet article

esserty 22/10/2010 19:35



Quand on est habitué de voir des reportages de 2/3 mn sur l'iss,ça change!


Merci de proposer ce très bon doc, super interessant. Je vais consulter le lien de steve pour la peine!



Galaxien 22/10/2010 18:47



Bonsoir Steve, merci pour ces infos et bravo !

( Les photos que Steve a proposé ci-dessous étaient hors page pour être visibles, en raison de leurs tailles. Steve va bien nous trouver un moyen ! )

Galaxien.



steve légère 22/10/2010 18:17



Bonjour Galaxien,

L'ISS est une merveille de technologie ou tout est à une échelle réduite.
La nouvelle génération de lanceurs (tant Français que Américains) permettra de monter des charges plus lourdes et en grande quantité pour des coûts plus bas.
On peut espérer voir fleurir et s'agrandir la station dans les prochaines années, ou alors envisager que vers 2020 date présumée de limite de vie de l'ISS, une ISS2 plus spacieuse, plus
développée et plus performante avec pourquoi pas une navette permanente autre qu'un soyouz permettra d'accueillir une dizaine d'astronautes.

J'ai renconté hier soir (le 20) l'astronaute Léopold Eyharts, il nous a longuement parlé de sa mission qui consistait à installer le laboratoire Français Colombus, lors de la mission STS-122. au
milieu de l'image, c'est lui qui porte le logo de la mission sur la photo: Et le voici, hier soir avec mon fils qui était fier comme un pape:
C'était une soirée inoubliable.

Pour en savoir plus sur cette mission: http://www.flashespace.com/html/dec07/col04.htm



pegase 21/10/2010 11:28



Que de péripéties mais une aventure formidable qu'est l'ISS. Souhaitons à cette épopée de pouvoir continuer sans contrainte.


L'avenir de la science et du médical passe par des expériences irréalisables sur terre, il faut donc maintenir ces recherches coûte que coûte.


Un excellent documentaire qui fait rêver, et porteur d'espoir. Bravo à toutes ces équipes qui travaillent dans l'interet de l'humanité.