LA GLYCOBIOLOGIE, vaincre des maladies mortelles

Publié le par Galaxien

La glycobiologie, une nouvelle arme pour la médecine, est un documentaire scientifique (0h43) qui suit les travaux de deux chercheurs sur un an. Il tente de lever un coin de voile sur cette science moderne et de comprendre le fonctionnement de la régulation des sucres par l'organisme, afin de prévenir certaines maladies.  La vidéo va être remplacée.
.

 

La glycobiologie est une nouvelle discipline scientifique qui allie les fondements de la biochimie et de la biologie moléculaire des glucides, pour étudier et comprendre la structure, la biosynthèse et la biologie des glycanes. En Février 2003, le bilan technologique annuel fait par le MIT, Massachussets Institute of Technology, citait la glycomique comme une des 10 technologies émergentes qui allaient changer le monde de demain. Plusieurs prix nobels ont été décernés ces dernières années pour des recherches en glycomique.

 

Depuis, les recherches ont montré que ces sucres ne jouent pas simplement dans notre organisme le rôle de stockage de l'énergie. Une bonne partie des parois de nos cellules est constituée non seulement de protéines, mais également de sucres et de glycoprotéïnes. On sait maintenant qu'ils sont essentiels au fonctionnement de l'organisme, et en particulier à la communication entre cellules. Certains travaux ont montré que les sucres peuvent empêcher la destruction des cellules, et peuvent aussi jouer le rôle de "transmetteurs" entre des cellules et certains virus, ou entre le VIH et des métastases cancéreuses.


Ces sucres indispensables sont fabriqués par notre organisme à partir de 8 sucres simples essentiels : glucose, galactose, mannose, xylose, N-acetylglucosamine, N-acetyl-galactosamine, fucose, acide sialique.
Or seuls le glucose et le galactose sont présents de façon abondante dans notre nourriture. Il ne s'agit pas du sucre commun que nous connaissons, le saccharose, qui ne fournit que des calories.

Les scientifiques pensaient jusque récemment que ces sucres essentiels non fréquents dans notre alimentation pouvaient être facilement produits par notre organisme à partir du glucose et du galactose, que nous consommons en bonne quantité. On sait maintenant que cette synthèse par l'organisme est lente, et que l'organisme "préfère" disposer de ces sucres essentiels directement dans l'alimentation. C'est pourquoi on qualifie souvent ces 8 sucres essentiels de glyconutriments.


Les combinaisons de ces sucres entre eux sont très complexes, plus encore que la combinaison des acides aminés dans les protéïnes. C'est en raison de cette complexité que la glycomique est une science si récente.

Publié dans Science

Commenter cet article

magstev 28/02/2013 09:33

Le sujet m'apparaît comme étant d'une importance capitale et je m'étonne que les conclusions en matière de glycobiologie aient mis tout ce temps avant de parvenir aux oreilles de Mr. et Mme tout le
monde.
Il se trouve néanmoins que le commun des mortels reste déboussolé devant les contradictions qui se succèdent au fil des années.
Le moment n'est-il pas venu pour constituer une instance scientifique éclairée officielle douée de sens pratique, instance au sein de laquelle les représentants de différentes disciplines se
concerteraient pour mettre au point une liste d' aliments disponibles avec leurs teneurs respectives en éléments essentiels, leur importance et/ou leurs contre-indications.
... ET, bien-entendu, cette liste devrait être assez exhaustive pour que l'européen ne se trouve pas contraint de se ravitailler au Japon, se mettre à manger des vers ou se gaver de choux
!!!!magstev

Emma 11/12/2010 12:24



Bonjour.


Les bénéfices probables apportés par ces sucres essentiels militent pour une alimentation en procurant en quantités suffisantes (ou à défaut pour la supplémentation) :
    * augmentation de la performance intellectuelle.
    * amélioration de la masse musculaire, décroissance de la masse grasse, augmentation de la force physique.
    * régulation de la pression sanguine.
    * amélioration de la densité osseuse.
    * aide à lutter contre certains désordres intellectuels : dépression, tourette, démence…
    * diminution de maladies chroniques et dégénératives, auto-immunes (parkinson, fatigue chronique, fibromyalgie), ou liées à la réponse immunitaire (asthme, arthrite, sclérose
en plaque, problèmes cardiaques, diabètes) et infectieuses.
    * normalisation de la tolérance au glucose dans le sang, optimisation du ratio cholesterol / HDL (ratio entre « bon » et « mauvais » cholestérol).
    * aide à la lutte contre certains cancers.
    * aide à la correction de certains désordres génétiques (trisomie 21, mucoviscidose).


Souhaitons une bonne réussite à cette recherche.