MERVEILLES DES MONDES INVISIBLES : L'infiniment petit

Publié le par Galaxien

Merveilles des mondes invisibles : L'infiniment petit, est un documentaire scientifique (0h50) de la châine Planète+ qui s'intéresse à ce que l'oeil humain ne peut pas voir, ainsi qu'aux nanosciences et nanotechnologies. Episode N°3 et fin.

Le présentateur de la télévision britannique BBC, Richard Hammond, emmène le téléspectateur à la découverte de son environnement sous un angle impossible à voir à l’œil nu. L’oeil humain est capable de voir de nombreux petits détails, mais à partir d’une certaine échelle, il a besoin d’une loupe, voire d’un microscope.
Après avoir exploré les phénomènes physiques ultrarapides et les ondes, ce troisième et dernier épisode de la série nous plonge dans l'infiniment petit, au travers d'exemples tirés du quotidien et d'images toujours aussi extraordinaires. Grâce aux techniques d'imagerie actuelles, il est désormais possible de travailler à l'échelle de la molécule et d'observer les somptueuses constructions de la nature dans le but de les adapter aux besoins humains.

Les spécialistes qui ont observé au microscope différents cristaux de neige se sont rendus compte que ceux-ci avaient une structure différente lorsque la neige était instable et prête à provoquer des avalanches.
En examinant la structure de la feuille de lotus, aux propriétés autonettoyantes, les ingénieurs de la NASA ont ainsi mis au point une matière imperméable à la très abrasive poussière lunaire. Aussi, en reproduisant les millions de minuscules poils dont sont munis les doigts du gecko, peut-être serons-nous un jour capables de marcher sur les murs et au plafond. L'araignée se révèle tout aussi fascinante car en grossissant douze mille fois son corps, on découvre comment celle-ci produit une soie très résistante pour tisser sa toile.
Un autre phénomène, quotidien cette fois-ci mais néanmoins spectaculaire, celui d'une personne qui éternue en public sans se rendre compte qu’elle projette d’infimes gouttelettes sur une distance de près de 3 mètres, mais aussi des micro-organismes pouvant se déplacer jusqu’à 20 mètres plus loin. Les bactéries ayant une durée de vie de deux jours, l’éternuement est le vecteur le plus efficace de transmission des maladies.

Les applications dans le domaine des nanosciences et nanotechnologies sont prometteuses, malgré certaines dérives possibles.

- Les trois documentaires de la série :
N° 1 : L'ultra rapide
N° 2 : Les ondes
N° 3 : L'infiniment petit

- Voir aussi :

LES SURHOMMES DU FUTUR - Nanoscience et bionique

UN HOMME PRESQUE PARFAIT : Nanotechnologie - Génétique

LA NANOTECHNOLOGIE

Publié dans Science

Commenter cet article

Eric S. 02/11/2011 16:02



Que dire de ces impressionnantes vies de l'infiniment petit si ce n'est qu'il est préférable que nous ne puissions pas les voir sinon on s'imaginerait en plein film d'horreur ou dans les aliens
sont en nous! Les épisodes sont remarquables.