PROPAGANDE DE GUERRE - PROPAGANDE DE PAIX

Publié le par Galaxien

Propagande de guerre, propagande de paix, est un documentaire (1h30) qui explique les principes généraux de la propagande de guerre et ses prolongements en temps de paix, la façon dont nos médias ont relaté les derniers conflits, et qui permet de comprendre les enjeux médiatiques et idéologiques des deux côtés de l'Atlantique, en comparant les propagandes entre-elles.

 

Définition de propagande : Ensemble d'actions psychologiques influençant la perception publique des événements, des personnes ou des enjeux, de façon à endoctriner ou embrigader une population et la faire agir et penser d'une manière voulue.
Elle n'est étudiée de façon scientifique qu'à partir du XXe siècle avec la recherche en psychologie associée aux médias de masse, à la communication. Les techniques de propagande modernes reposent toujours sur les mêmes recherches. De manière schématique, elles se concentrent sur la manipulation des émotions, au détriment des facultés de raisonnement et de jugement.
Les propagandistes emploient des arguments qui, bien que parfois convaincants, ne sont pas nécessairement justes. Un certain nombre de méthodes, inspirées notamment de la psychologie sociale, sont employées pour créer des messages persuasifs, mais faux. Plusieurs de ces techniques de manipulation rhétorique relèvent du sophisme et jouent sur les biais cognitifs.


Les sciences de la communication, dont le développement a été piloté par la CIA à partir des années 1950, ont constitué un instrument essentiel de la guerre psychologique menée contre les gouvernements pro-soviétiques et les pays susceptibles de basculer dans le camp communiste. "Ce type de guerre étant mené de front avec les guerres secrètes utilisant des moyens plus conventionnels tels le terrorisme sous fausse bannière, et actions para-militaires".
En collaboration avec l’armée et les services secrets, les spécialistes du comportement ont contribué à collecter des informations sur l’ennemi, à élaborer la propagande atlantiste, à prévenir des mouvements de libération hostiles à Washington, allant même jusqu’à conseiller les experts de la torture. Cette alliance, entre le savant et le politique, est à l’origine d’un dispositif encore utilisé afin de diffuser la voix de l’Amérique dans le monde.


"Les guerres ne commencent pas par des bombes, elles commencent par des médiamensonges, et toutes les guerres sont économiques. Les raisons humanitaires ne sont faites que pour emporter l’adhésion des populations des pays agresseurs". Tel est le constat que fait le journaliste belge Michel Collon.
"Cela explique beaucoup de choses que nous pouvons voir actuellement car nous sommes en plein dans le sujet. Ne pas tout croire et se méfier de tout, cela peut sembler paranoïaque et pourtant, nous en sommes arrivés là… La guerre de l’information pour obtenir le soutient de la communauté internationale n’est pas un concept, c’est une réalité.
C’est réellement très instructif de voir que ces techniques sont utilisées chaque jour pour mieux nous faire avaler des couleuvres, à bien prendre en compte avant même de continuer à regarder un journal TV !
Comment les médias occidentaux ont-ils couvert les diverses guerres ? Peut-on dresser des constats communs ? Existe-t-il des règles incontournables de la propagande de guerre ? Oui :


1- Cacher les intérêts.
Nos gouvernements se battent pour les droits de l’homme, la paix ou quelque autre noble idéal.
La règle la plus fondamentale de la propagande de guerre, c’est de cacher que ces guerres sont menées pour des intérêts économiques bien précis, ceux des multinationales. Qu’il s’agisse de contrôler les matières premières stratégiques ou les routes du pétrole et du gaz, qu’il s’agisse d’ouvrir les marchés et de briser les Etats trop indépendants, qu’il s’agisse de détruire tout pays pouvant représenter une alternative au système, les guerres sont toujours économiques en définitive, jamais humanitaires. Pourtant, à chaque fois, c’est le contraire qu’on raconte à l’opinion.
On pourrait analyser pareillement comment on nous cache soigneusement les véritables enjeux économiques et stratégiques des guerres en cours, ou à venir.


2- Diaboliser.
Pour obtenir le soutien de l’opinion, il faut préparer chaque guerre par un grand médiamensonge spectaculaire qui commence toujours avec des images atroces prouvant que l’adversaire est un monstre et que nous devons intervenir pour une juste cause. Pour qu’un tel médiamensonge fonctionne bien, plusieurs conditions sont nécessaires : Des images épouvantables, truquées si nécessaire, martelées plusieurs jours, puis par des rappels fréquents ; Monopoliser les médias, exclure la version de l’autre camp ; Ecarter les critiques, et qualifier de complices, voire de révisionnistes, ceux qui mettent en doute ces médiamensonges.
Exemple avec les attentats du 11 septembre : Toute enquête sérieuse et indépendante sera étouffée, pendant que l’administration Bush se précipitera pour faire passer des plans d’agression, préparés depuis longtemps, contre l’Afghanistan, l’Irak et quelques autres...


3- Pas d’Histoire !
Dans tous les grands conflits de ces dernières années, les médias occidentaux ont caché à l’opinion les données historiques et géographiques essentielles pour comprendre la situation des régions stratégiques concernées.
En 2001, on crie haro sur les talibans, mais qui les a amenés au pouvoir ? Qui les a protégés des critiques des organisations des droits de l’homme afin de pouvoir construire avec eux un juteux pipeline transcontinental ? Surtout, au départ, qui a utilisé le terrorisme de Ben Laden pour renverser le seul gouvernement progressiste qui avait émancipé la paysannerie et les femmes ? Qui a ainsi rétabli la pire terreur fanatique en Afghanistan ? Qui, sinon les Etats-Unis ? De tout ceci, le public ne sera guère informé.
La règle est simple, occulter le passé permet d’empêcher le public de comprendre l’histoire des problèmes locaux, et permet de diaboliser à sa guise un des protagonistes, toujours celui qui résiste aux visées néocoloniales des grandes puissances.


4- Organiser l’amnésie.
Lorsqu’une grande puissance occidentale prépare ou déclenche une guerre, ne serait-ce pas le moment de rappeler les grands médiamensonges des guerres précédentes ? D’apprendre à déchiffrer les informations transmises par des états-majors ô combien intéressés ? Cela s’est-il produit à l’occasion des diverses guerres des années 90 ? Jamais. A chaque fois, la nouvelle guerre devient La guerre juste, plus blanche encore que les précédentes, car ce n’est pas le moment de semer le doute dans la population.
Exemple récent : Un super-menteur a été pris en flagrant délit de médiamensonge. Alastair Campbell, chef de la communication de Tony Blair, a dû démissionner quand la BBC a révélé qu’il avait truqué les informations sur les prétendues armes de destruction massive. Ceci a-t-il provoqué un débat sur les précédents exploits du dit Campbell ? N’aurait-il pas été intéressant d’expliquer que toute notre information sur le Kosovo avait été concoctée par ce même Campbell ? Il n’en a rien été".
(michelcollon.info)


Le documentaire de la journaliste et réalisatrice Béatrice Pignéde, analyse les mécanismes de la propagande à l’œuvre de 1914 à nos jours, et tout spécialement lors des préparatifs de la récente invasion de l’Irak, à partir de reportages d’actualités et d’entretiens avec deux historiennes, Annie Lacroix-Riz et Anne Morelli, un écrivain, Jean Bricmont, un expert militaire, le Général Forget, et une journaliste américaine indépendante, Diana Johnstone, qui comparent ces thèmes de propagande avec ceux développés lors d'autres conflits, la Grande Guerre, les débuts de l'hitlérisme conquérant, les interventions en Yougoslavie et en Afghanistan...



- Voir aussi :

LA STRATÉGIE DU CHOC - Naomi Klein

STORYTELLING : La machine à raconter des histoires

THRIVE - What on earth will it take ? - "Prospérer sur Terre"

U.S.A ET CONFLITS : Le nerf de la guerre

LA FACE CACHÉE DE LA C.I.A

LES MAÎTRES DU POUVOIR MONDIAL

SANS RETOUR : La Troisième Guerre mondiale


Commenter cet article