D-DAY, LEUR JOUR LE PLUS LONG

Publié le par Galaxien

D-Day, leur jour le plus long, est un film documentaire (2h06) qui fait revivre l’expérience des combattants allemands, alliés, résistants ou journalistes, qui représentent les figurants de cette aventure, en mêlant documentaires, reconstitutions, images d'archives et inédites, tout en revenant sur la complexité de l'organisation et en retraçant les événements de cette incroyable journée de la Seconde Guerre mondiale du 6 juin 1944 en Normandie.   En trois parties.

 

Le 6 juin 1944 est resté dans l'Histoire comme le jour J, le D-Day. Ce film documentaire raconte l'incroyable histoire de ce que Cornelius Ryan a appelé Le jour le plus long, et qui fut marqué par la plus grande invasion de tous les temps. Le débarquement a été préparé longtemps à l'avance et précédé de missions secrètes d'entraînement, et d'actes héroïques de toutes sortes. Au même moment, la France occupée attend la Libération. Voici l'histoire de ces combattants, hommes et femmes, soldats et civils, embarqués dans cette opération militaire.
Sous la tutelle d'une équipe d'historiens et de documentalistes spécialistes de la période, il propose des témoignages de vétérans et des archives, dont beaucoup sont inédites, auxquelles se mêlent des reconstitutions spectaculaires inspirées des plus grands chefs-d'oeuvre de fiction et basées sur des documents longtemps restés confidentiels. A travers cela, le réalisateur fait revivre avec précision cet événement capital, depuis sa préparation jusqu'à l'arrivée des troupes sur les côtes normandes...

le film débute avec les missions secrètes d’entraînement au cours desquelles 700 militaires américains perdirent la vie en se préparant à l’assaut des plages. Il se poursuit avec le récit d’actes héroïques, d’intrigues et de stratégies militaires ayant eu lieu tout au long de ce printemps 1944, rend hommage à une armée de trois millions d’hommes faisant face aux troupes allemandes stationnées le long d’une côte allant de la Scandinavie à l’Espagne.  
Il raconte également la défense du front ouest, la lutte menée par la Résistance française, la planification de l’invasion, les opérations de désinformation des services secrets britanniques, et aussi les histoires inédites, comme cette femme médecin sauvée des bombes se frayant un passage parmi les corps pour aider les blessés d’Omaha, et les équipages des bombardiers à bout de force qui s’écrasent à leur retour à la base alors qu’au même moment, les GIs, sur les plages, ont commencé à se terrer pour la nuit.

Casting : David Lyon, Tracey Moore, Graham Mc Tavish, Mark Mc Kerracher, Albert Welling, Timothy Bentinck, Andrew Havill, Mathew Bose, Daniel Cerqueira, Meritxell Lavanchy, Doug Rao, Lucy Chalkley, Alan Westaway, Jon Millington, Michael Gibson, Ian Lindsay, William Neenan...    


La vraie vérité historique est que les motivations des Anglo-saxons en débarquant sur nos côtes n'étaient en effet portées par aucune noblesse. La première raison est assez bien connue, car ce sont les soviétiques qui ont vaincu l'armée allemande, et non les américains. À plusieurs reprises et depuis plusieurs années, les soviétiques avaient souhaité que leurs alliés étasuniens ouvrent un second front pour soulager leur effort de guerre, mais ces derniers se réjouissaient des difficultés militaires de l'URSS. Entrés en guerre sur le tard, ils rêvaient secrètement à son épuisement.
Mais voilà que l'armée allemande vacille. L'affaire avait commencé à s'éclaircir depuis fin 1941 après la contre-offensive victorieuse de l'Armée Rouge devant Moscou, car l'Allemagne n'avait pas les ressources pour mener une guerre de longue haleine et cette contre-offensive a montré que, justement, elle le serait.

Survint la bataille de Stalingrad, gagnée au prix d'un héroïsme reconnu par tous mais aussi grâce à une grande habileté militaire. L'armée soviétique écrase l'armée allemande et se retrouve à foncer vers Berlin, et c'est seulement à ce moment-là que les américains se sont décidé à agir. Pas pour libérer qui que ce soit, l'affaire était en court, y compris en France même par la Résistance, mais pour voler au secours de la victoire. En clair, tirer les marrons du feu...
Les américains n'ont donc pas vaincu l'armée allemande. Ajoutons au passage qu'ils n'ont pas vaincu non plus l'armée japonaise, là, c'est l'Armée Rouge chinoise qui s'en est occupé. D'ailleurs, effrayés de voir que ce seraient les communistes chinois et les soviétiques qui pourraient recevoir la capitulation du Japon, ils ont utilisé la bombe atomique pour empêcher ça. Les États-Unis sont encore aujourd'hui le seul pays à avoir commis ce crime humain et environnemental, sans être inquièté par qui que se soit...

Autre aspect un peu moins connu, c'est que le capital étasunien a participé à l'effort de guerre allemand. En effet, l'élite économique américaine était très admirative d'Hitler. Il y avait deux raisons à cela : La crise de surproduction était d'une part réglée par la production de matériel de guerre et d'autre part, "les rouges", comme on disait à l'époque, étaient éliminés. Hitler apportait une solution à ses deux problèmes. Bien sûr, Hitler était raciste, mais ça ne lui posait aucun problème, l'élite l'était elle aussi.
La production de moteurs, de camions, de chars, d'avions, tout était assuré en partie par les américains et en partie sur place, en Allemagne. En effet, Opel est une entreprise de General Motors depuis 1929, et Ford avait aussi des usines dans le Reich. Le personnel ne coûtait pas cher, il venait des camps de concentration. L'État allemand payait rubis sur l'ongle la production, et les capitaux étaient rapatriés via la Suisse, opportunément neutre, qui venait de créer, toujours aussi opportunément, la Banque des règlements internationaux. Mais pour faire fonctionner tous ces moteurs, il fallait du carburant et de l'huile. Où sont les puits de pétrole allemands ? Il n'y en avait pas. Or, les États-Unis en regorgeaient. C'est ExxonMobil, fondée fin 19ème par Rockefeller, qui fournira tout ce qu'il faut.

La stratégie allemande était basée sur la Blitzkrieg, la guerre éclair. Une bonne raison à cela était le manque de ressources de l'Allemagne, il fallait donc s'emparer rapidement des ressources de l'adversaire. L'essentiel résidait alors dans la coordination entre l'infanterie, transportée en camion, les chars et l'aviation. La performance des communications était déterminante, AT&T et IBM savaient faire, et louèrent bien volontiers leurs services. Vous trouverez encore quantité d'informations sur la participation des États-Unis à la guerre de l'Allemagne hitlérienne dans le livre de Jacques Pauwels, Le mythe de la bonne guerre.
Enfin, ces dits libérateurs avaient un tout autre plan, faire de la France un protectorat étasunien. C'était l'AMGOT, un gouvernement militaire, qui devait gérer le pays. Des cadres avaient été formés aux États-Unis et des francs avaient déjà été imprimés avant le débarquement. Tout était prêt. La mayonnaise n'a finalement pas pris en France parce que le Général de Gaulle, qui voyait le danger, avait déjà créé un gouvernement provisoire, et la Résistance y était évidemment et fermement opposée. L'assujettissement se poursuivit malgré tout avec le plan Marshall.

Donc, après avoir aidé l'Allemagne nazie à faire la guerre, après avoir cherché la défaite soviétique, après avoir volé au secours de la victoire, après avoir utilisé la bombe atomique contre le Japon, le bilan était déjà bien lourd.
On rajoutera néanmoins la dénazification. En effet, arrivés à Berlin, les américains récupérèrent tous les nazis utiles, en particulier les scientifiques dont Von Braun, qu'ils pouvaient trouver et les ont expédiés Outre-Atlantique. Ce sont quelques milliers d'entre-eux qui firent la traversée sans passer par le tribunal de Nuremberg...
(Entre-autres infos : Le-debarquement-liberateur-est-un-conte-de-fee et Du-mythe-a-la-realite-historique-du-6-juin-1944)

 

Partie 2 - 0h44

Partie 3 - 0h36

 

- Voir aussi :

LA BATAILLE DE NORMANDIE et le D-Day du 6 JUIN 1944

OPÉRATION OVERLORD : Le D-Day du débarquement en Normandie

LA RÉSISTANCE FRANÇAISE : Vivre libre ou mourir

L'AMÉRIQUE CONTRE DE GAULLE - HISTOIRE SECRÈTE

GI's, LA FACE CACHÉE DES LIBÉRATEURS

PACTES AVEC LE DIABLE - USA ET 3ème REICH

WALL STREET ET L'ASCENSION DE HITLER - Antony C. Sutton

SECONDE GUERRE MONDIALE - Documentaires et reportages

APOCALYPSE - La 2ème Guerre mondiale

D-DAY, LEUR JOUR LE PLUS LONG

Commenter cet article

Idel-G 02/03/2015 22:35

Bravo! Bon article , réel historique!! CQFD