OSIRIS, SEIGNEUR DE LA RÉINCARNATION

Publié le par Galaxien

Osiris, le seigneur de la réincarnation, est un documentaire (0h48) qui s'intéresse à ce Dieu des morts et de la résurrection, protecteur et juge du défunt dans l'histoire de l'Egypte ancienne. Maître de l'éternité et de l'au-delà, Osiris règne sur le monde des morts qui doivent se justifier pour avoir accès à la seconde vie, dont la scène célèbre résume ce jugement dite de la psychostasie, où l'on voit le coeur du défunt pesé sur un plateau de la balance et une représentation de la déesse Maât sur l'autre plateau, Thot consignant le résultat.

 

A l'origine, Osiris était un Dieu modeste de la fertilité et du développement végétal. Le cycle annuel de la végétation qui meurt puis renaît concrétisa l'idée de la résurrection, puis, il devint le Dieu des morts et de la résurrection à la vie éternelle. Osiris était le maître, le protecteur et le juge du défunt.
Osiris était le premier enfant de Nout et Geb, ainsi le frère de Seth, Nephthys et Isis, qui était aussi sa femme. Avec Isis, il engendra Horus, et selon quelques légendes, Nephthys sous l'aspect d'Isis l'aurait séduit et de leur union serait né Anubis. Le chapitre 175 du Livre des Morts relate les ennuis endurés par Osiris lorsqu'il revêt la couronne atef d'Hérishef pourtant donnée par Rê lui-même, le Dieu Soleil.
Osiris avait de nombreux noms comme par exemple Ounennéfer ou Ounnéfer, qui signifie "l'être parfait". C'est aussi sous ce nom qu'il régna et apporta la paix et la prospérité à son peuple avant d'être tué par Seth.

Figure majeure du panthéon, Osiris est un dieu très ancien dans l'histoire égyptienne, déjà présent dans les Textes des pyramides, textes ornant les parois des pyramides à partir de la Vème Dynastie. Dans ces premiers corpus constitués de l'histoire de l'égypte, son rôle de Dieu qui meure puis est reconstitué est déjà exprimé, mais le rôle d'Osiris reste plutôt marginal.
Osiris va voir sa position peu à peu s'affirmer, jusqu'à devenir préeminente en tant que Dieu de l'au-delà. Le culte d'Osiris et sa mythologie vont se développer jusqu'à occuper le champ de la religion funéraire. A partir de la fin du Nouvel Empire et dans les périodes plus tardives, Osiris prendra une place spéciale dans la piété populaire, liée à la recherche du salut personnel propre à cette période.
Ayant au départ exercé une royauté terrestre, Osiris n'existe cependant réellement qu'une fois mort, et dans son royaume hermétiquement séparé du monde d'ici-bas. Son destin alliant mort et renaissance deviendra progressivement dans l'histoire égyptienne celui sur lequel se modèlera tout d'abord celui du Roi , puis celui de tous les hommes.

Osiris est devenu, après son "passage" souverain du monde d'en-bas, la douat. Il a laissé la royauté terrestre à son fils Horus. La possession de cette royauté par le fils est un élément indispensable pour la "re-vie" sociale d'Osiris dans le monde des Dieux, comme l'a montré J. Assman.
Premier des Occidentaux, Maître de l'éternité, Osiris règne est le juge suprême dirigeant le plus souvent le tribunal divin devant lequel les défunts doivent se justifier pour avoir accès à la seconde vie. La scène la plus célèbre résumant ce jugement est celle dite de la psychostasie où l'on voit le coeur du défunt pesé sur un plateau de la balance et une représentation de la déesse Maat sur l'autre plateau. Thot consigne le résultat, qui est toujours favorable, bien-sûr, et l'annonce à Osiris silencieux sous son dais à qui le défunt, déclaré imakhjustifié, digne de recevoir des offrandes pour sa survie, bien-pourvu, rend hommage.

Une fois la survie du Dieu assurée par l'embaumement et les rites funéraires, Osiris est devenu Seigneur de la Douat. Ceci explique aussi pourquoi Isis et Nephtys, gardiennes et revivificatrices d'Osiris mort, deviennent également les déesses qui accueillent le Soleil à son lever. C'est à l'épouse qu'incombe le devoir de réveiller son époux de sa léthargie mortelle, de le reconstituer et de lui rendre les capacités sexuelles qui lui permettront de renaître de ses propres œuvres dans l'au-delà, comme dans celui de tous les mortels. La scène de la pesée de l'âme lors de ce jugement est très fréquemment représentée.
Osiris, Seigneur de Maât, représente le Dieu bon, la vérité et la justice, et c'est devant lui que l'on se justifie par la pesée du cœur et la récitation des formules négatives. Chacun compte sur sa bienveillance pour accéder à la vie éternelle.

On comprend ainsi que ce Dieu très humain se soit imposé comme modèle. Comme les hommes, il a subi l'épreuve de la mort et en a triomphé, donnant ainsi le salut et l'espoir à l'humanité. Tous les êtres sont égaux devant lui lors du jugement et chacun est traité selon ses mérites, les injustices des jugements terrestres n'existant plus. Osiris apparaît comme le précurseur du modèle chrétien du Dieu bon, sauveur personnel de chaque individu.
Par contrecoup, ceci explique l'exécration progressive dont fut victime son frère et meurtrier Seth, qui n'apparaîtra bientôt plus à la basse époque que comme représentation du mal...
(L'article complet : osirisnet.net/)

 

- Voir aussi :

LE LIVRE DES MORTS ÉGYPTIEN

A LA RECHERCHE DU LIVRE DE THOT

LA MORT ET LE VOYAGE VERS L'IMMORTALITÉ

POST MORTEM : Egypte, le culte de la mort vers l'immortalité

AUX ORIGINES DE L'EGYPTE - Les fils d'Horus 

DIEUX ET DEMONS - L'Egypte, 3000 ans d'histoire

LA REINCARNATION - LE CYCLE DE LA VIE

LA RÉSURRECTION EST-ELLE POSSIBLE ?  

LA RÉINCARNATION DE MEENU

LA VIE ANTERIEURE DE CAMERON MACAULAY

Y A-T-IL UNE VIE APRÈS LA MORT ? 

 

OSIRIS, SEIGNEUR DE LA RÉINCARNATION

Publié dans Egypte antique

Commenter cet article