MARS, PREUVE DE VIE ?

Publié le par Galaxien

Mars, preuve de vie, est un documentaire (0h44) de la série Les Mystères de l'Univers, sur les recherches du rover Curiosity actuellement sur Mars pour découvrir la vie sur la planète rouge, sachant que plusieurs missions ont établi que de l'eau a déjà coulé sur Mars. Vu les dernières découvertes de méthane et d'azote, ce sont des informations importantes pour tenter de répondre à la question de la possibilité d'une vie ailleurs que sur Terre, qui agite depuis longtemps la communauté scientifique à la recherche permanente de preuves.

 

La planète Mars aurait bel et bien été en mesure, par le passé, d’accueillir la vie, et ce durant une période plus longue qu’on ne pouvait le soupçonner jusqu’ici. Telles sont les premières grandes conclusions annoncées en cours d’année 2013 et publiées en décembre dans la revue Science, de l’enquête que mène actuellement le rover Curiosity de la NASA sur le sol de la planète rouge. Son objectif ultime, déterminer si, dans un lointain passé, la jumelle de la Terre a abrité ou non une quelconque forme de vie, même rudimentaire.
Alors que le robot mobile est en route vers le mont Sharp, où les spécialistes espèrent faire leurs plus belles découvertes, il est encore trop tôt pour répondre. Il n’empêche, après un an et demi passé à sillonner le sol martien, Curiosity, dont deux des dix instruments scientifiques sont en grande partie "Made in France", a déjà résolu plus d’un mystère...

Les scientifiques de la mission Curiosity ont annoncé que le robot avait découvert près de la surface de Mars des émanations régulières de méthane. Est-ce le signe d’une vie passée ou présente sur la planète rouge ? Les scientifiques ont en effet découvert que les niveaux de méthane dans le cratère près de l’endroit où se trouvait Curiosity connaissaient des pics dix fois plus élevés que le niveau constant de 0,7 part par milliard, et ce à quatre reprises en l’espace d'environ deux mois et demi, ont-ils expliqué. Une découverte surprenante étant donné que ce gaz a une durée de vie d’environ 300 ans, selon eux.
John Grotzinger, le responsable de la mission Curiosity, a ainsi affirmé pouvoir désormais dire qu’il y a du méthane par moment dans l'atmosphère de Mars et que des molécules organiques sont conservées dans des roches martiennes anciennes à certains endroits. Cependant, "nous avons regardé de nouveau six semaines plus tard et ces émanations avaient complètement disparu”, a signalé un chercheur.
Une découverte à relativiser, car en comparaison, la présence de méthane sur Terre provient à 95% de micro-organismes. “Nous ne sommes vraiment pas en mesure de dire si ce méthane est d’origine biologique ou géologique”, a insisté Sushil Atreya. Les quantités de méthane détectées sur Mars étant trop faibles pour tirer une quelconque conclusion.

Aussi, s'il ne reste plus d'eau à l'heure actuelle sur Mars, les tests de forage et les analyses chimiques laissent penser que les conditions ont un jour été réunies pour abriter de la vie microbienne, il y a peut-être quelques 3,6 milliards d'années. La sonde Curiosity a pour la toute première fois découvert à la surface de Mars des preuves directes de l'existence de ce qui fut autrefois un lac d'eau douce sur la planète rouge, ont annoncé des scientifiques.   
Les roches analysées contiennent en effet des traces de carbone, d'hydrogène, d'oxygène, d'azote et de soufre, et fourniraient les conditions idéales pour une vie microbienne élémentaire, indique cette étude publiée dans la revue américaine Science.
De toutes petites formes de vie bactérienne, connues sous le nom de chemolithoautotrophes, se développent dans des conditions similaires sur la planète Terre et sont en général retrouvées dans des grottes ou sous la mer dans les cheminées hydrothermales.
    
C'est vraiment identique à un environnement qu'on peut trouver sur la Terre, constate John Grotzinger, professeur de géologie à l'Institut de technologie de Californie, en décrivant ce qui fut autrefois un lac d'eau froide parcouru de courants et entouré d'un paysage de montagnes enneigées. Si aucune forme de vie n'a été détectée dans les roches, le robot a effectué des forages dans des fragments de grès et de mudstone et y a découvert des minéraux argileux suggérant une interaction avec de l'eau. Ce sont des roches relativement jeunes dans l'histoire martienne, a précisé le professeur Grotzinger aux journalistes à San Francisco. Cela coïncide justement avec exactitude aux plus anciennes traces de vie retrouvées sur la Terre.    
C'est la première fois que nous trouvons véritablement des roches sur Mars qui apportent la preuve de l'existence de lacs, s'est réjoui pour sa part Sanjeev Gupta, professeur à l'Imperial College de Londres, co-auteur de ces travaux. C'est fantastique car les lacs sont un environnement idéal pour qu'une vie microbienne élémentaire puisse se développer et être préservée. Ces nouvelles découvertes sont une avancée technique énorme et elles nous donnent confiance dans l'avenir de cette mission et dans le fait que nous devons continuer d'explorer la planète rouge, a-t-il ajouté.

Travaillant avec l’idée que Mars hébergeait autrefois de l’eau à sa surface, la géobiologue Nora Noffke, de l’Université Old Dominion en Virginie, États-Unis, a examiné les photos prises par l’astromobile Curiosity alors qu’il parcourait l’affleurement martien désigné Gillespie Lake, dans la baie de Yellowknife, avec l’espoir de trouver des signes de MISS, Microbially Induced Sedimentary Structures, des structures sédimentaires induites par une présence microbienne. Ces couches géologiques se sont formées à partir de tapis microbiens et peuvent être trouvées ici, sur Terre, dans un certain nombre d’environnements. Il y a des milliards d’années, ces communautés microscopiques de bactéries très diverses se sont retrouvé coincées et se sont réorganisées dans des étendues d’eau peu profondes.
Noffke a estimé que, si Mars avait hébergé de la vie microbienne à un stade précoce, elle devait probablement ressembler à celle de la Terre au même stade et elle aurait laissé des traces révélatrices.

En mars 2015, la NASA a annoncé que Curiosity avait fait une découverte inédite sur Mars, il a détecté de l'azote à la surface de la planète. Un élément qui suggère encore une fois que Mars a, par le passé, pu abriter de la vie. Par le passé, cet élément avait déjà été repéré dans l'atmosphère martienne mais jamais encore, à sa surface. Or, l'azote est un ingrédient essentiel à la vie car il permet de former des molécules indispensables telles que l'ADN, l'ARN et les protéines
Jusqu'ici, les scientifiques avaient déjà trouvé des preuves que d'autres ingrédients nécessaires à la vie, comme l'eau et la matière organique, avaient été présents sur Mars il y a des millions d'années. Malheureusement, ils ne sont pas nécessairement d'origine biologique. Les scientifiques pensent depuis longtemps que les nitrates seraient produits sur Mars par l'énergie libérée par les impacts de météorites, et les quantités que nous avons détectées correspondent bien aux estimations tirées de ce processus, a indiqué Jennifer Stern du Goddard Space Flight Center de la NASA...

 

- Voir aussi :

MARS, LA PLANÈTE ROUGE

DE L'EAU SUR MARS - Superscience

PLANÈTE MARS - EXPLORATION ROBOTISÉE

MISSION CURIOSITY, LE GRAND DÉFI SUR MARS 

ANIMATION DE LA MISSION MARS CURIOSITY ROVER  

PANORAMA INTERACTIF DE MARS ROVER CURIOSITY    Interactif  

OBJECTIF MARS : Voyage vers la planète rouge

NASA - Objectif : Mission humaine vers Mars

EXTRÊMOPHILES ET VIE AILLEURS DANS LE SYSTEME SOLAIRE

EXTRA-TERRESTRES, L'ENQUÊTE SPATIALE

EXOBIOLOGIE : La science recherche la vie extraterrestre

VERS UNE AUTRE PLANÈTE TERRE : L'Aventure spatiale

MARS, PREUVE DE VIE ?

Commenter cet article