LES CONSTELLATIONS DE LA VOÛTE CELESTE

Publié le par Galaxien

Les constellations, est un documentaire d'astronomie (0h42) de la série L'Univers et ses mystères, sur ces groupes d'étoiles visibles à l'oeil nu dans le ciel nocturne qui ont donné naissance aux cartes et au Zodiaque depuis l'antiquité.

 

Une constellation est un ensemble d'étoiles dont les projections sur la voûte céleste sont suffisamment proches pour qu'une civilisation les relie par des lignes imaginaires, traçant ainsi une figure sur la voûte céleste. Une constellation est donc un astérisme particulier. Dans l'espace tridimensionnel, les étoiles d'une constellation sont ordinairement très dispersées, mais elles paraissent être regroupées dans le ciel nocturne.
Actuellement, l'Union Astronomique Internationale UAI, divise le ciel en 88 constellations avec des frontières précises, pour que tout point du ciel appartienne à une constellation. Celles-ci sont substantiellement basées sur la tradition hellénique et pré-hellénique, transmise à travers l'ère médiévale.
Différentes cultures ont reconnu des constellations différentes, bien que quelques-uns des regroupements les plus évidents aient tendance à réapparaître fréquemment, quoique sous des appellations différentes, comme par exemple Orion, la Grande Ourse et le Scorpion, à cause de leur brillance. Sauf mention contraire, le terme de constellation se réfère aux 88 constellations modernes.
Les constellations occidentales sont regroupées en deux parties, divisant le ciel en suivant plus ou moins les deux hémisphères terrestres, le ciel austral pour le sud et le ciel boréal pour le nord. Les constellations boréales sont les plus anciennes et correspondent au pan de ciel visible depuis les régions de la Méditerranée par les astronomes de l'antiquité. Les constellations australes n'ont pas été nommées par les astronomes occidentaux avant au moins le XVe siècle. Elles servaient aussi, autrefois, de repères pour les marins partis en mer.


Par un manque évident de documents historiques, il est impossible de connaître l'origine précise des plus anciennes constellations occidentales. Il semble que le Lion, le Taureau et le Scorpion existaient déjà, mais pas forcément sous ces noms, en Mésopotamie vers 4000 av. J.-C.
Aujourd'hui, sur un total de 88 constellations adoptés par l'Union Astronomique Internationale, près de la moitié proviennent des astronomes grecs. Homère mentionnait Orion dans l'Odyssée dès le IXe siècle av. J.-C. Le Zodiaque apparaît vers le Ve siècle av. J.-C., divisé en 12 constellations. Aratos de Soles fixa l'essentiel des noms de constellation repris par Ptolémée au Ier siècle .
La compilation exhaustive de constellations la plus ancienne que l'on connaisse remonte à Ptolémée, au IIe siècle, et son Almageste où il groupa 1 022 étoiles en 48 constellations. Cette œuvre sera la base de travail des astronomes occidentaux jusqu'à la fin du Moyen Âge. Elle ne comprend cependant que des étoiles visibles d'Alexandrie où Ptolémée faisait ses observations.


Les constellations du Zodiaque, bande de ciel contenant le tracé des orbites du Soleil et des planètes, sont généralement les plus anciennes, ayant une importance évidente pour le repérage et l'observation des mouvements de la Lune, que ce soit en astrologie ou en astronomie. C'est également dans le Zodiaque que l'on trouve les vingt huit stations lunaires traditionnelles, astérismes qui servaient de calendrier à ciel ouvert pour suivre les mouvements de la Lune.
Les constellations présentes dans le Zodiaque sont : Le Bélier, le Taureau, les Gémeaux, le Cancer, le Lion, la Vierge, la Balance, le Scorpion, le Sagittaire, le Capricorne, le Verseau et les Poissons, qui achèvent le cycle.
Astronomiquement parlant, on peut remarquer que le Ophiuchus fait partie intégrante du Zodiaque, puisque le Soleil traverse ses limites actuelles définies par l'UAI du 30 novembre au 17 décembre. Les anciens ne l'ont toutefois pas relevé pour des conditions purement esthétiques ou astrologiques vu que seul le sud de la constellation est traversée par le Soleil et les étoiles brillantes du Scorpion en sont proches. Les constellations dites du Zodiaque sont donc uniquement celles de la liste très connue de douze constellations. Dès l'origine, les constellations ne se sont donc pas confondues avec les signes du Zodiaque.


Dans les années 1920, l'Union Astronomique Internationale décide de mettre de l'ordre dans les constellations et d'en définir rigoureusement les limites. L'atlas officiel des constellations, défini en 1930 par Eugène Delporte, divise le ciel suivant des lignes d'ascension droite et de déclinaison. Delporte utilisa les données valables pour l'époque car à cause de la précession des équinoxes, les limites des constellations ne sont plus parfaitement horizontales et verticales sur une carte du ciel moderne, habituellement dessinées en fonction des coordonnées d'ascension droite et de déclinaison de l'époque.
Le tracé a été fait de manière à respecter les appartenances traditionnelles des différentes étoiles brillantes à leur constellation traditionnelle. Dans la mesure du possible, le rattachement d'étoiles ou d'objets célestes plus faibles, qui avaient été cités dans la littérature scientifique, a également été respecté. De ce fait, ces limites sont parfois très tortueuses, poussées d'un côté ou de l'autre pour inclure telle étoile et laisser telle autre dans la constellation voisine.


Aujourd'hui, les constellations n'ont plus en astronomie le même intérêt qu'auparavant puisque les objets célestes étant référencés par leurs coordonnées, leur position dans telle ou telle constellation n'a pas grande importance. Les constellations, objets de mesures et d'attention pendant des siècles, ne sont désormais plus vraiment connues que des amateurs. Leurs limites n'ont plus guère d'importance pour ces observations, qui ne s'attachent qu'aux figures formées par les étoiles pour les identifier.

 

- Voir aussi :

LES PORTES DU CIEL, LES ORIGINES DE L'ASTRONOMIE ANTIQUE

TOURS DU MONDE TOURS DU CIEL - Astronomie et Observatoires

ASTRONOMIE - Au début, de -160.000 à -1500 ans

ANATOMIE DE LA CONSTELLATION D'ORION - Mythologie et astronomie

QU'EST-CE QUE L'UNIVERS ? - La Fabuleuse Histoire de la Science

Commenter cet article

Cassiopée 05/06/2012 16:25

La photo terrestre qui a été la plus lointaine dans l'espace réalisée à ce jour date de 2004, c'est le champ ultra-profond de Hubble
http://fr.wikipedia.org/wiki/Champ_ultra-profond_de_Hubble

Notre galaxie la Voie Lactée se situe dans la constellation du Sagittaire, une galaxie contient des milliards d'étoiles, et il est admis de nos jours que notre galaxie contient donc des milliards
de planètes (même similaire à la Terre, ceci en lien).
http://www.notre-planete.info/actualites/actu_3222_milliards_planetes.php

La galaxie la plus proche de la Voie Lactée se nomme Andromède, cette dernière est bien plus grande que notre galaxie. Toutes deux vont pourtant rentrer inévitablement en collision, une sorte de
danse cosmique avec beaucoup de bruits de collisions, pour au final ne créer qu'une seule et unique galaxie.

Collision entre la Voie Lactée et Andromède
http://fr.wikipedia.org/wiki/Collision_entre_Androm%C3%A8de_et_la_Voie_Lact%C3%A9e

Pour en savoir plus sur les collisions entre galaxies
http://fr.wikipedia.org/wiki/Galaxie_en_interaction

Une galaxie regroupe approximativement des centaines de milliards d'étoiles, et il y en a de toutes sortes au niveau des formes en spirales, des naines,ect...ce qui fait un décompte de planètes
extraordinaires.

A partir de notre mère la Terre, nous pouvons observer les étoiles, qui est notre monde visible ou observable, l'ordre de mesure est gigantesque, sachant que l'on peut observer des milliards de
galaxies.

Ce monde observable est en mouvement autour de la Terre, et les étoiles ou les galaxies ne sont pas toujours observable toute l'année : printemps, été,...Ainsi il y a des constellations qui
permettent une meilleure reconnaissance de ses objets célestes lointains, le rapprochement aidant à créer un repérage (de nature astrologique aussi).

Il y a alors le monde non observable, celui qu'on ne peut pas observer du tout et qui existe dans l'Univers. Les estimations sont nombreuses autour des pourcentages pour se faire une idée de
grandeur du Cosmos.

A ses stades (observable et non observable), le nombre de planètes est puissamment énorme, comme de satellites aussi (certaines ont des capacités de vies à cette échelle). Il y a peut-être beaucoup
de planètes et satellites artificielles.

L'Univers est en constante expansion, l'en-cours de Création s'emboîtant dans la Création. Cette expansion éloigne les galaxies entre elles, et parfois s'entrechoquent comme pour le cas d'Andromède
et de la Voie Lactée. Le lien vers l'expansion de l'Univers :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Expansion_de_l%27Univers

Toutefois la distance tel que nous la connaissons, tel que nous le calculons, par exemple dans ce cas, les années lumières qui séparent les étoiles semblent être incorrect, ceci provient du fait
que la répartition de la lumière dans l'Univers ne serait pas la même partout.

Nous sommes actuellement 7 milliards d'humains sur notre planète, il faut aussi compter d'autres âmes sous des formes, végétales, animales ou minérales par exemple (cf. il y a un écrit dans "mes
écrits spirituels" qui parle des différents corps ou véhicules de transports que peut intégrer l'âme). A cette échelle (observable et non observable), celà fait beaucoup de civilisations, de
populations, de peuples, peut-on envisager qu'il faudrait réfléchir en puissance pour évoquer la diversité cosmique spirituelle ?

Galaxien 05/06/2012 21:10



Bonjour.


 


Merci Cassiopée. Seule notre imagination peut limiter ou non nos pensées. En réalité, de mon avis, tout est possible, et comme l'est la diversité cosmique spirituelle intelligente ou l'infini du
Cosmos..., c'est infini puissance infini ! - Avis à l'ouverture d'esprit -


 


Bonne soirée.