SURCONSOMMATION - J'ACHÈTE, JE JETTE : Capital Terre M6

Publié le par Galaxien

J'achète, je jette : Comment consommer sans piller la planète ?, est un documentaire de Capital Terre (1h35). Guy Lagache a choisi de s’intéresser aux travers de notre société de consommation qui pousse les industriels à produire toujours plus au détriment des ressources naturelles et de notre environnement... 

 
.
Notre mode de vie devient quasiment le même d’un bout à l’autre de la planète : nous achetons, nous jetons, et tout ce que nous consommons a des conséquences insoupçonnées sur la planète. Retour sur l’impact de la consommation sur la planète à l’ère du tout-jetable.
 
 
Vêtements, objets ménagers, jouets ou écrans plats, pour arriver dans nos rayons, tous ces produits ont réalisé un parcours mondialisé. Il a fallu des matières premières pour les fabriquer et aller puiser dans les ressources de notre planète aux 4 coins du globe. Et après s’en être servis, les produits que nous jetons vont encore connaître un sort en grande partie méconnu.
Le jean par exemple, c’est devenu l’uniforme mondial, il s’en vend 2 milliards par an. Mais pour fournir la planète, cela veut dire cultiver en masse du coton, la plante la plus gourmande en eau de la planète : 11 000 litres pour un seul kilo de coton. Quels bouleversements majeurs cette culture entraîne-t-elle sur l’environnement et la vie de millions de gens ? Quelles alternatives se mettent en place ?
 
 
Une autre matière a conquis notre époque, le plastique. Emballages ou objets du quotidien, il est partout dans nos vies, au point de l’envahir. Une fois jetés, seule une petite partie est recyclée. En somme, le plastique est encore une véritable plaie pour la planète. Un homme a trouvé une solution et visiblement, il est effectivement possible de faire fondre les déchets en plastique pour obtenir un liquide brun qui semble être du pétrole. Le reste se retrouve dans la nature. Que faire de tous ces déchets ? Et face à cette menace, quels nouveaux produits plus « propres » les industriels inventent-ils ?
 
Nous craquons aussi de plus en plus pour des appareils high-tech : ordinateurs, écrans plats ou téléphones portables. Seul souci : à force d’en changer de plus en plus souvent, on en oublie qu'il faut toujours plus de matières premières pour les fabriquer, des matières qui s’épuisent et parfois extraites au détriment de populations entières. Le recyclage de nos vieux appareils est-il une réponse satisfaisante ?
 
 
De la France au Congo, de la Chine à l’Irlande ou l’Italie, Capital Terre est parti enquêter pour comprendre dans quelles conditions, souvent extrêmes, nos ressources naturelles sont exploitées… Quelles répercussions toute cette production a sur l’environnement et la vie des hommes… Et quelles solutions existent déjà pour que nous puissions consommer tout en respectant la planète.

 
.
- Autres reportages de l'émission:
 
.
.
.
- Voir aussi :
 
 
 
 
 
 
 
 

Publié dans Société - Humanité

Commenter cet article

Philou 05/04/2011 17:03



Bonjour à tous. Voici un lien intéressant lié à cette vidéo : http://www.terre.tv/blog/?p=10992



cindy 04/04/2011 23:10


Je trouve atroce et inimaginable la cruauté de ce qui s'est passé à l'époque d'hitler. Je trouve qu'on en parle pas assez cette traagedie devrait etre parlé chaques jours pour que cela ne se
reproduise plus. Si chacun contribut un peu à l'injustice cela aiderai à minimiser ces tragedis. Cela me revolte quand je vois des choses pareil et le pire c'est que le racisme et les atrocitées
sont encore fréquente aujourd'hui mais on se voilent tous la face.


Galaxien 28/05/2012 22:42



Bonjour Cindy. Je pense que le commentaire n'est pas à sa place ! Erreur de sujet.


Bonne soirée.



Elfie 29/03/2011 16:28



C'est malheureux en effet tout ce gaspillage mais ce sont les industriels qui poussent les gens à la consommation. Si on nous donnait le choix des emballages etc. et plus d'informations
accessibles à tous je pense que les gens les plus respectueux auraient déjà trouvé leur alternative.


Excellent reportage de capital terre que je n'avais pu voir, merci.