7 MILLIARDS SUR TERRE : Comment tous se nourrir sans détruire la planète ?

Publié le par Galaxien

Capital Terre, 7 milliards sur Terre, est un documentaire (1h43), une émission diffusée sur M6 qui s'interroge et enquête sur les conséquences de la surpopulation mondiale, gérable, mais surtout comment nourrir les peuples sans épuiser les ressources vitales de la planète.

 

C'est un grand voyage que Guy Lagache et son équipe proposent d'entreprendre, qui va expliquer comment notre mode de vie, et en premier lieu notre alimentation, peut avoir des répercussions sur notre planète.

Un voyage à travers quatre continents, des rayons de nos supermarchés aux nouvelles réserves agricoles de l'Afrique, des élevages géants de l'ouest américain aux forêts tropicales d'extrême orient en voie de disparition, en passant par les usines des géants de l'alimentaire en Europe où se préparent les recettes de notre avenir.

Chaque jour, il y a 200.000 personnes de plus sur Terre, autant dire 200.000 bouches supplémentaires à nourrir, mais les ressources de la planète ne sont pas inépuisables. Pêche à outrance, élevages intensifs, surexploitation des terres, tout ce que nous produisons pour manger a un impact insoupçonné sur notre environnement.

Une grande enquête pour comprendre pourquoi et comment notre consommation quotidienne a des conséquences écologiques majeures d'un bout à l'autre de la planète et quelles solutions existent déjà pour faire face à ce défi.

De l'Ethiopie à la Chine, de l'Indonésie aux États-Unis en passant par la France, ce documentaire fait découvrir les coulisses d'une alimentation mondialisée pour répondre à cette question. Regardez également des documentaires en lien ci-dessous pour mieux approfondir et comprendre la situation alimentaire de la planète...

 

- Autres documentaires de l'émission :

capital terre   CAPITAL TERRE - M6 

 


- Voir aussi : 

ALIMENTATION TERRESTRE EN DANGER ?

LES ABERRATIONS DE NOTRE ALIMENTATION

NOS ENFANTS NOUS ACCUSERONT

LES ALIMENTEURS - Le lobby avant tout

BIENTÔT DANS VOS ASSIETTES, DE GRÉ OU DE FORCE

NOTRE POISON QUOTIDIEN, de Marie-Monique Robin

LE MONDE DE MONSANTO - Alimentation terrestre en danger

THE FUTURE OF FOOD : Quel avenir pour notre assiette ?

BIO : Les dessous du vrai et faux de cette alimentation

PLANÈTE A VENDRE - AGRICULTURE MONDIALE

COWSPIRACY : Le secret du développement durable

ADIEU VEAU, VACHE, COCHON, COUVÉE

MANGER PEUT-IL NUIRE A NOTRE SANTE ? - ENQUÊTE

ZEITGEIST : LA TRILOGIE

TAFTA, ACCORD DE LIBRE ECHANGE USA-UE : "BIENVENUE EN ENFER"

Publié dans Société - Humanité

Commenter cet article

URBAIN 19/02/2016 11:22

Je Suis Troublé Par Le Chiffre De 200000 Bouches Qui S'ajoute Sur la Terre,que Faire Pour Les Nourrir, Pour Moi Si J'avais Un Pouvoir Chaque Citoyen De La Terre Travaillerait 5 Ares De Champ Pour Se Souffir.

urbain 16/12/2015 18:05

Vous Nous Intérpéler Tous À Bien Gérer Notre Planète Et Beaucoup Sont Dans L'ignorance. Merci Pour Vos Vidéos.

Galaxien 16/12/2015 18:13

Merci à vous également de vous exprimer et de comprendre... !

Saint-Upeyrie 21/03/2011 19:17



Chers ami(e)s,

Bien que le titre de cet article interpelle notre imaginaire, ce qui suit, chacun de nous peut le voir arriver ou le constater dans son quotidien.

L'apologie d'une société aujourd'hui obsolète qui nous entraîne tous vers plus de mal bouffe, plus d'insécurité, plus d'incivilités, plus d'impôts, plus de stress, plus d'injustice mais encore
vers plus de corruption et ce, jusqu'aux niveaux les plus hauts de la pyramide sociale et institutionnelle.

Dommage !... Car nous avons pourtant à notre disposition tous les éléments pour nous permettre de sortir des dogmes qui nous submergent et nous rendent la vie impossible.

Impérialisme, communisme, socialisme, monarchisme, nationalisme, intégrisme tous ces modes de gouvernance ont contribué à asseoir le pouvoir et la fortune d'un petit noyau d'individus au
détriment du genre humain dans son ensemble et de son lieu de vie, la Terre.

Allons-nous réagir avant qu'il ne soit trop tard ?...

Trop tard pour sauver notre écosystème, trop tard pour la survie même de nos enfants et de nos petits-enfants ?

Rien n'est moins sûr, pourtant une des solutions est à notre portée et de nature plutôt «médicale».

En effet, la recherche en matière de santé nous a permis de découvrir nombre de protéines capable de régénérer un organisme malade, on les nomme anticorps qui par leur action et leurs légions
redonnent vie à un corps tout entier infecté.

Pourquoi donc, ne pas imaginer un concept «anticorps» pour stopper le processus de nécrose de notre société ?

Mon laboratoire depuis plus de 20 ans est celui de l'entreprise et du milieu associatif, deux terrains propices à l'observation, à l'indépendance, à la créativité, à la rigueur, à la gestion,
ainsi qu'au partage des compétences et des richesses.

Pourtant une fois encore nos systèmes étatiques que je qualifierais d'agents pathogènes, forts voraces en matière de prélèvements et très performants sur le plan de l'endettement public, ne
permettent pas d'assurer à ce jour une rémunération décente en terme de salaires ce qui se retrouve par le versement d'une maigre pension de retraite et par voie de conséquence interdit l'accès
aux meilleurs soins pour le dernier tiers de vie du plus grand nombre.

Comprenez par systèmes étatiques, ces castes vampires et hâbleuses qui depuis trop d'années maintenant sucent jusqu'à la moelle tous nos patrimoines telles des tumeurs malignes.

Ce n'est donc pas le principe de l'Etat qui est à remettre en cause mais plus sûrement la néoplasie gouvernementale et ses métastases que sont les lobbies industriels et financiers, ceux-là mêmes
qui nous asphyxient et nous paralysent sans aucun état d'âme au gré des crises qu'ils fomentent.

.../...

Contre ces cancers, l'une des solutions à adopter est de reproduire à l'identique les mécanismes de défense de tout organisme vivant.

Imaginons une combinaison associant l'univers de l'entreprise à celui de la cité où les forces de l'une et de l'autre créent la synthèse nécessaire pour que l'être humain reprenne le contrôle de
son environnement et retrouve ainsi ses racines, ses repères et ses rêves.

Dans ce nouvel espace de vie l'Etat n'a pas sa place, la cité reste une propriété privée, sécurisée et écologique intégrant des terres agricoles, des ateliers, des laboratoire d'études, un centre
de recherche, des pavillons et des micro-résidences, administrée par un directoire réélu en tout ou partie chaque année.

Elle est aussi entreprise artisanale, industrielle raisonnée et commerciale avec ses spécificités, douée dans l'Art et les concepts technologiques via les échanges nationaux et
internationaux.

Elle est donc financièrement et bio-alimentairement autonome, rémunère ses membres, assure leur protection juridique, fiscale et leur retraite.

C'est bien d'une entité morale qu'il s'agit, d'un microcosme qui intègre toutes les compétences, agriculteurs, éleveurs, maraîchers, paysagistes, artisans, industriels, commerciaux, artistes,
fiscalistes , juristes, professeurs, ingénieurs, médecins, personnel de santé, d'entretien, de sécurité, et élus propres.

Toutes celles et ceux qui comme vous et moi pâtissent du système en place devenu totalement incontrôlable et pour lequel aucun parti n'a de solution, en France comme ailleurs.

Le temps nous est compté avant la prochaine crise énergétique et financière inévitable qui jettera bon nombre d'entre nous à la rue et une prise de conscience doublée d'une action de foi est à
espérer.

L'avenir sera ce qui se décide au présent et si mes propos trouvent quelques échos auprès de vous, chers ami(e)s, je vous propose sans plus attendre, la mise en mouvement d'une association dont
l'objectif avoué sera de créer le tout premier corps de matrice de type village/entreprise qui, s'il se



Déesse 17/03/2011 12:48



Bonjour. J'ai beaucoup appréciée ce reportage. En effet il est temps de réagir maintenant que la question est posée car c'est un enjeu capital pour toutes les civilisations et l'avenir des hommes
sur la terre.


Merci Galaxien,c'est toujours un plaisir de venir ici!



Atilias 04/01/2011 08:32



C'est clair qu'il est temps d'apprendre à gerer la planète avant de gerer l'économie mondiale. Une prise de conscience s'installe mais tous les pays du monde doivent s'entendre sinon ça servira à
rien.


 



sevirellisse 28/12/2010 20:01



Très bon reportage. Ce sujet est inquiètant c'est sûr,mais les consommateurs consomment ce qu'on leur vend, on nous dit pas les conséquences de nos achats en amont (avant le client) au moment
d'acheter ni sur l'emballage...



Atilias 28/12/2010 13:56



Rien que la question est dure de conséquences. C'est sur qu'au rythme démographique actuel, il est plus qu'indispensable d'agir en trouvant des solutions propres et adaptées à la surpopulation et
surproduction.


C'est bien d'en parler de plus en plus.