GOLDMAN SACHS - Les Nouveaux Maîtres du Monde ?

Publié le par Galaxien

Goldman Sachs, Les Nouveaux Maîtres du Monde, est un documentaire (0h48) qui plonge au coeur de cette banque, l'une des plus grandes institutions de Wall Street, et qui lève le voile sur les méthodes de la finance mondiale.

 

La première chose que l'on apprend chez Goldman Sachs, c'est que l'on ne doit pas parler de Goldman Sachs. Depuis décembre 2006, les banquiers de Goldman Sachs savaient qu'une crise financière se préparait et en ont profité. Les américains, eux, en ont subi les conséquences et commencent à se réveiller.
C'est un système effrayant, "Too Big To Fail", qui ne laisse d'autre solution que de la renflouer à l'infini en appauvrissant la population. Un système qui dévore la démocratie, puisqu'il est au coeur des appareils d'Etat, finance les campagnes électorales aux États-Unis, et qu'il s'impose partout.


La banque Goldman Sachs est surnommée aux États-Unis "government Sachs" tant elle est influente sur le gouvernement américain. Le secrétaire au Trésor de Clinton, Robert Rubin, qui procéda à la dérégulation financière, venait de Goldman Sachs. Tout comme le secrétaire au Trésor de Bush, Hank Paulson, qui transféra aux États les dettes des banques lors de la crise financière. L’actuel président de Goldman Sachs, Llyod Blankfein, aime à dire qu’il fait "le métier de Dieu".
En fait, Goldman Sachs est au cœur de la prédation financière mondiale et impliquée dans de nombreux scandales financiers dont celui d’Abacus, auquel a été mêlé le goldmanien français Fabrice Tourre, et des subprimes, celui de la tromperie de ses clients à qui elle recommandait d’acheter des produits financiers sur lesquels elle spéculait à la baisse, de délits d’initiés, celui du maquillage des comptes grecs et de la spéculation contre l’Euro...


La toute puissante banque américaine Goldman Sachs dispose aussi d'un réseau impressionnant dans les instances dirigeantes européennes.
Mario Draghi, président de la Banque Centrale Européenne depuis le 1er novembre 2011, a été vice-président de la branche européenne de la banque d'affaires de 2002 à 2005, au moment même où la banque a aidé la Grèce à maquiller ses comptes.
Mario Monti, nouveau président du Conseil italien, est entré dans le cercle très fermé des conseillers internationaux de la banque lorsqu'il a quitté son poste de commissaire européen en 2005.
Deux autres anciens de Goldman Sachs sont à la manoeuvre dans le sauvetage de la zone euro.
Côté allemand, Paul Achleitner, le président du géant allemand de l'assurance Allianz, conseille le directeur général du Fonds Européen de Stabilité Financière, Klaus Regling. Avant de rejoindre Allianz, il a travaillé pendant douze ans pour la banque d'affaires américaine.
Côté français, Philippe Gudin de Vallerin, chef du service des politiques macroéconomiques et des affaires européennes à la direction générale du Trésor, épaule le directeur du Trésor Ramon Fernandez dans la préparation technique des sommets et des négociations européennes.

.

Passant de l’ombre à la lumière, ce sont des hommes de Goldman Sachs qui sont aujourd’hui ouvertement poussés aux commandes. Par quels moyens ? Et pour quelles fins ?
Faire prendre en charge par les peuples les fautes des banques ? Obéir aux diktats de la finance en frappant les citoyens ? Faire sauver l’Amérique par les Européens ? Ce documentaire apporte quelques éclaircissements.


 

- Voir aussi :

GOLDMAN SACHS - La banque qui dirige le monde

FINANCE ET CRISE MONDIALE

POUVOIR : Le jeu de l'argent

1929, LE GRAND KRACH BOURSIER

NOIRE FINANCE : La grande pompe à phynances

Publié dans Société - Humanité

Commenter cet article

silver 28/11/2011 12:39


On apprend plus dans ce reportage qu'avec tous les j.t télé!!


Voici une remarque trouvée au sujet de goldman sachs:


"Dans quelques mois, et sauf imprévu, les français vont élire un nouveau président de la République : Il serait prudent de leur part de demander aux principaux candidats de s’engager à ne pas se
faire imposer comme premier ministre ou… un ancien de chez Goldman Sachs. (Le Figaro)"


Je crois que c'est pas mal pertinent et réaliste,bonne journée.